Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Deux usagers du CHSLD Saint-Antoine ont été déclarés positifs à la COVID-19 dans les dernières 24 heures.
Deux usagers du CHSLD Saint-Antoine ont été déclarés positifs à la COVID-19 dans les dernières 24 heures.

Éclosion au CHSLD Saint-Antoine: pas de souci pour la vaccination

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Deux usagers du CHSLD Saint-Antoine ont été déclarés positifs à la COVID-19 dans les dernières 24 heures. Toutefois, ces résultats ne compromettent pas la vaccination prévue bientôt, assure le CIUSSS de la Capitale-Nationale.  

La situation est traitée comme une éclosion par le CIUSSS. Les deux usagers ont été déplacés au Centre de convalescence de la Grande-Allée pour limiter la transmission.

LIRE AUSSI : Vaccination contre la COVID-19 à Québec, ce que l'on sait

Ces usagers ne pourront donc pas recevoir la première dose de vaccin attendue dans quelques jours. «Pour avoir le vaccin, ils doivent être rétablis», précise Mélanie Otis, porte-parole du CIUSSS.

Mme Otis indique que ces deux personnes seront parmi les patients vulnérables et priorisés par le CIUSSS. Ils auront donc droit au vaccin lors d’une prochaine étape de vaccination. 

Toutefois, les autres résidents sont encore sur la liste, il y a une possibilité maximale de vacciner 627 résidents et employés du CHSLD Saint-Antoine. 

Un dépistage massif a aussi été réalisé au 4e étage, jeudi. Les résultats seront connus samedi. Il se peut donc que d’autres résidents soient transférés ce week-end pour ne pas nuire au processus de vaccination.

En attente

Le vaccin pourrait même débarquer à Québec dès ce week-end. Peu importe l’heure ou le jour, l’équipe volumineuse du CIUSSS est prête. Toutes les personnes concernées ont été contactées. Le CIUSSS prédit toutefois que la vaccination commencera lundi. 

Le CIUSSS a même indiqué que la première personne, résidente du CHSLD Saint-Antoine, à obtenir le vaccin a été ciblée. Il s’agit d’une dame, qui s’est dite très heureuse. Nous n’en savons pas plus pour l’instant. 

Rappelons que Québec recevra au minimum assez de doses pour tous les résidents et travailleurs du CHSLD, soit 629. Toutefois, le CIUSSS s’attend à en obtenir plus. L’objectif est d’offrir le vaccin au plus de travailleurs possibles, choisis parmi tout le personnel soignant volontaire du CIUSSS, 3000 personnes ont été placées en priorité. Il s’agit des employés qui gravitent autour des résidences pour personnes âgées, publiques ou privées.  

L’ordre a été établi selon les critères du gouvernement. Ceux et celles qui n’auront pas leur place cette fois seront les prochains sur la liste, lorsque d’autres doses seront envoyées dans les prochaines semaines. 

Rappelons également que le vaccin se donne sur une base volontaire.

«Il va falloir travailler le message pour vraiment encourager ça, lorsqu’on veut se sortir d’une pandémie. Je pense que ça a été très clair au niveau des autorités de la santé publique, le vaccin actuellement est vraiment un élément crucial pour reprendre notre vie normale. On souhaite que les travailleurs répondent à cet appel-là, on a une réponse très favorable jusqu’à maintenant», explique Patricia McKinnon, coordinatrice régionale de la sécurité civile au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Patricia McKinnon, coordinatrice régionale de la sécurité civile au CIUSSS de la Capitale-Nationale soutient que le vaccin est «vraiment un élément crucial pour reprendre notre vie normale».

Les vaccins arriveront à l’intérieur de petites boîtes, remplies de glace sèche. Ils devront être rapidement installés dans un congélateur, acquis par le CIUSSS et déjà installé.

500 vaccins par jour

Les équipes ont prévu plusieurs scénarios, en fonction du nombre de doses qu’ils recevront. Au plus, il y aura cinq jours de vaccination, durant lesquels 500 personnes pourraient être vaccinées.

Toutes les opérations se dérouleront au CHSLD Saint-Antoine simultanément, mais les membres du personnel soignant de l’extérieur ne seront pas au même endroit que les usagers du CHSLD, ni traités par la même équipe. Ils n’entreront pas en contact les uns avec les autres. 

«Ils vont entrer par la porte arrière ou un agent de sécurité va les accueillir et les questionner sur leurs symptômes. Ils vont être évalués par une infirmière pour être sûrs qu’ils répondent aux critères. Ensuite va passer la période de vaccination, par après, il faut passer 15 minutes d’attente pour voir s’il n’y aura pas d’effets secondaires», explique Patricia McKinnon.

L’opération se fera en présence de médecins, afin de répondre aux questions des travailleurs.

«C’est un nouveau vaccin, les gens peuvent être inquiets. Ils seront aussi présents pour nos équipes de vaccination. Notre équipe aussi de pharmacie va être présente, c’est eux qui vont assurer toute la sécurité et la manipulation du vaccin pour que ça se fasse selon les normes de Pfizer», ajoute Mme McKinnon.

Un véhicule ambulancier et des techniciens du secteur préhospitalier seront présents pour intervenir si un effet secondaire plus important survenait chez un patient. 

Les plages horaires seront étendues pour satisfaire tout le personnel de santé. Évidemment, toutes les normes de sécurité seront maintenues, comme la distanciation sociale et la désinfection. 

Finalement, toutes les équipes essentielles à ces opérations terminent leurs formations samedi et dimanche. Elles effectueront diverses simulations afin d’être en mesure de procéder dès la réception des vaccins.