Éloïse Harvey a été surprise de voir ses enfants revenir avec des sacs de bonbons qui contenaient aussi des publications religieuses du mouvement chrétien «Je suis deuxième».

Du recrutement religieux au milieu des bonbons?

Trois-Rivières — Des parents du secteur du boulevard Hamelin à Trois-Rivières ont eu la surprise de retrouver, dans le sac d’Halloween de leurs enfants mardi soir, non seulement des bonbons, mais également une bible en format bande dessinée.

Une personne s’étant installée sur le coin d’une rue a en effet distribué des sacs de bonbons à l’intérieur desquels on pouvait aussi retrouver du matériel religieux et des cartes d’affaires associées au mouvement chrétien «Je suis deuxième».

Les enfants d’Éloïse Harvey ont posé des questions à leur maman à leur retour de la collecte, lorsqu’ils ont pris connaissance du document. 

«Ils m’ont demandé ce que c’était. J’ai regardé rapidement et j’ai mis ça de côté en disant que c’était religieux. Je n’ai pas insisté pour ne pas que ce soit une grosse affaire pour eux, et ils sont passés à autre chose rapidement», explique-t-elle, précisant que ses enfants lui avaient expliqué que le tout avait été distribué par une personne se tenant sur le coin d’une rue, et non à l’intérieur d’une maison privée.

La maman précise d’emblée n’être contre aucune forme de religion et s’affiche ouverte à toutes les croyances. Toutefois, elle questionne la démarche entreprise par ce mouvement le soir de l’Halloween, auprès de très jeunes enfants. 

«Ça m’apparaît clairement être du recrutement. Moi, quand je donne ma carte d’affaires, ce n’est jamais de façon désintéressée. Mais est-ce normal de vouloir faire du recrutement pour une religion en donnant des bonbons à des enfants de huit ans», questionne-t-elle.

Perplexe devant cette initiative, la dame a publié sur Facebook une photo du sac de bonbons reçu sur le coin d’une rue. Une publication qui a généré de nombreux commentaires, dont plusieurs de parents ayant reçu la même chose dans ce quartier et déplorant les façons de faire du mouvement religieux. D’autres parents ont aussi indiqué avoir reçu de la documentation d’un autre mouvement chrétien dans le secteur de Shawinigan-Sud.

«Ce n’est tout simplement pas la place, selon moi. S’adresser de la sorte aux enfants en distribuant le message en même temps que des bonbons, c’est une drôle de façon de faire», ajoute Mme Harvey.

Le mouvement «Je suis deuxième» a été lancé sur les réseaux sociaux en 2015 à Montréal, et a pour objectif de diffuser des témoignages de chrétiens ayant surmonté des épreuves à l’aide de leur foi. 

Monique Lépine, la mère de Marc Lépine, s’était d’ailleurs associée au mouvement en acceptant de livrer son témoignage lors du lancement de cette plateforme, initiée par Jean-François Moquin. Lors du lancement, ce dernier avait indiqué avoir choisi ce thème pour faire référence au fait que les gens faisaient passer Jésus en premier dans leur vie.

Le Nouvelliste a tenté de joindre M. Moquin, de même que le mouvement «Je suis deuxième», mercredi afin d’obtenir des explications, mais nos appels n’ont pas été retournés. Il n’a donc pas été possible de savoir s’il s’agissait d’une initiative personnelle venant d’un adepte de ce mouvement, ou encore si l’initiative s’inscrivait dans une opération plus large de visibilité du mouvement chrétien.