D’aucuns ont ouï-dire que la ville sera bouclée dans un rayon de 15 km, que le pont de la 138 en direction de la Côte-Nord sera fermé, que toutes les personnes circulant seront fouillées, que les pêcheurs devront reporter leur pèlerinage dans Charlevoix…

Du G7 plein la ville

Auberge des 3 canards

«Je ne sais pas si j’ai le droit de le dire»

Au cœur de La Malbaie, une clôture de 1,5 km sera bientôt érigée dans la côte Bellevue et la rue des Carrières. Et juste en haut de la côte, il y a l’Auberge des 3 canards qui se retrouvera à l’intérieur du périmètre fermé. Nous sommes dans le salon offrant une vue sur le fleuve avec le propriétaire depuis 37 ans, Pierre Marchand. 

LIRE AUSSI: G7, le grand dérangement

LIRE AUSSI: Sommet du G7: la caravane sécuritaire en route

Ses 49 chambres stratégiquement situées à deux pas du mur temporaire et du Manoir Richelieu sont louées pour le Sommet du G7. Par qui? Il sourit, répond qu’il ne sait pas s’il a le droit de le dévoiler… Comme beaucoup d’intervenants locaux rencontrés, M. Marchand a signé une entente de discrétion. Il sait quelle organisation logera chez lui. Mais on ne lui donne pas les noms des pensionnaires. «À ma connaissance, tout ce qu’il y a de chambre à louer à La Malbaie a été loué. […] Ça peut varier de deux jours à trois semaines.» L’entrepreneur se réjouit des retombées économiques. Il espère cependant que la clientèle apeurée ne désertera pas durant les semaines précédant et suivant le lac-à-l’épaule des puissants.

***

Il est facile de déambuler dans le Manoir Richelieu, qui hébergera les élites politiques participant au Sommet du G7 des 8 et 9 juin.

Manoir Richelieu

Le dernier check-out

Il est facile de déambuler dans le Manoir Richelieu, qui hébergera les élites politiques participant au Sommet du G7 des 8 et 9 juin. Personne à l’entrée pour trier les visiteurs. Personne pour apostropher ce journaliste anonyme qui flâne sans but. Rendu au bout d’un couloir, un employé avenant nous a confirmé que nous étions… au bout de l’hôtel. Retour à la réception, donc, pour annoncer officiellement notre présence. La directrice des relations publiques, Noémie Lequin, s’est présentée dans le hall. Mme Lequin, l’équipe du G7 est où? La réponse: pas encore sur place. «Le 27 mai, c’est le dernier check-out; les gens ont jusqu’à midi pour quitter la chambre.» D’ici là, il est possible de loger au Manoir. Ensuite, qu’arrivera-t-il avec l’hôtel? «On ne sait pas vraiment ce qui va se passer. […] Ils ne nous tiennent pas au courant exactement de ce qui va se passer et quand.» Le retour à la normale se fera après le 12 juin. Curieux, vous voulez savoir quel chef d’État logera dans quelle suite? Dans celle avec le bain à remous devant la fenêtre? Ou l’autre avec un piano? «C’est strictement confidentiel.»

Sortons à l’extérieur du Manoir. Il est aussi facile de se promener dans les alentours. Par contre, quelques signes du G7 sont visibles. Lors de notre passage, des travailleurs s’affairaient toujours à déployer un vaste réseau de fibre optique pour les télécommunications. Et il y a la clôture, facilement accessible, ceinturant la Zone de circulation restreinte, la zone rouge où il faudra montrer patte blanche pour entrer. Toujours ouverte, elle sera close dès que la GRC le jugera nécessaire.

Quant au golf voisin — Trump y jouera-t-il? —, il sera «fermé» à peu près durant la même période que le Manoir.

***

Casino de Charlevoix

Deux sprints

L’équipe du Casino de Charlevoix se prépare pour deux sprints. Le premier signal de départ détonnera durant la nuit du 2 au 3 juin à 3h; l’autre, une semaine plus tard. À notre arrivée dans l’antre du jeu hasardeux, nous n’étions pas attendus. Le conseiller en communications Marc Giasson nous a néanmoins accueillis à bras ouverts tandis que les amateurs fixaient les machines à rêves. Certes, plus le mois de mai s’écoulera, plus la sécurité sera relevée à La Malbaie. Mais les écrans multicolores scintilleront jusqu’au 3 juin, quand les équipes fédérales s’implanteront au casino afin de le convertir rapidement en centre de presse pour le Sommet du G7. Puis, quand les touristes diplomatiques se seront envolés, le second sprint s’amorcera afin de redistribuer les tables de poker et autres appareils avant l’ouverture des portes, «vers 11h» le 12 juin.

***

Côte du quai

«Il faut que ce soit chic!»

Nous arrivions du quai du secteur Pointe-au-Pic, en contrebas du Manoir Richelieu, où la clôture de la zone rouge est déjà plantée. C’est là que les fortunés clients de l’hôtel débarquaient en bateau à une époque révolue. Durant le Sommet du G7, toutefois, bien malin celui qui réussira à accoster; les militaires sont déjà sur place. Nous remontions donc la rue du Quai quand nous avons interpellé un employé municipal qui taillait les arbres. «Il faut que ce soit chic!» s’est-il exclamé. La Malbaie veut bien paraître. Puis, tandis que nous causions des changements observés à l’approche de l’événement international, un zodiac filait vers le port devant nous: «Ça doit être eux autres.» Le changement est beaucoup là, note l’homme, dans le va-et-vient des forces de l’ordre. Et dans les kilomètres de fibre optique déroulés, dans les nouvelles antennes cellulaires, ajoute le conseiller municipal du coin, Roland Martel, arrivé sur ces entrefaites pour évaluer la coiffure des arbres.

***

Aéroport de Charlevoix

«Vous êtes un peu tôt»

Quand nous sommes entrés dans le petit terminal de l’Aéroport de Charlevoix, Sylvie Bouchard passait le balai, seule. Pas de traces des militaires ou de la GRC. Pourtant, ils s’installeront ici pour gérer le trafic aérien durant le Sommet du G7, notamment en direction des deux héliports aménagés au Manoir Richelieu. «Vous êtes un peu tôt. D’ici une semaine ou deux, il y aura pas mal de changements», nous a-t-elle dit du bout des lèvres. Elle n’est pas autorisée à parler du G7. Nous avons néanmoins tenté le coup: Des participants importants du Sommet atterriront chez vous? «On reçoit souvent des gens très importants.» Des noms? «Je n’ai pas de noms!» Les employés de l’aéroport régional ont appris à garder le silence.

***

Tous les travailleurs du fédéral, journalistes, fournisseurs ou livreurs, devront être accrédités pour franchir une des neuf portes du périmètre de circulation restreinte (zone verte).

Périmètre de sécurité

Votre enfant est-il accrédité?

Les forces de l’ordre n’entendent pas à rire avec la sécurité du Sommet du G7. Tous les travailleurs du fédéral, journalistes, fournisseurs ou livreurs, devront être accrédités pour franchir une des neuf portes du périmètre de circulation restreinte (zone verte). Il en va de même pour des milliers de résidents de La Malbaie «invités» à se procurer le précieux sésame qui facilitera leur identification, leurs déplacements. Mais aviez-vous pensé à la menace que représentent les enfants? Dans un fascicule distribué par le fédéral que nous avons ramassé à La Malbaie, il est écrit qu’il est «recommandé» que les habitants des centaines de résidences de la zone verte, «incluant les enfants», détiennent un badge pour pouvoir rentrer à la maison. Autre question: ces Malbéens de la zone verte pourront-ils recevoir de la visite fin mai, début juin? Les demandes seront «considérées au cas par cas» par les policiers postés aux portes du périmètre de sécurité.

***

Rumeurs

Quand les souvenirs de Malenfant ressurgissent

Il y a les non-dits des autorités. Il y a tous ces véhicules «étrangers» qui circulent, ces gens qui ne sont pas des touristes. Il y a ce gros ballon blanc-gris militaire, une caméra accrochée dessous, qui a flotté dans le ciel de La Malbaie.

Il y a aussi les reportages nombreux et (peut-être) alarmistes sur la sécurité. Il y a quelques souvenirs enfumés du Sommet des Amériques tenu à Québec en 2001. Encore plus de souvenirs du conflit de 1986 au Manoir Richelieu, quand un homme arrêté par la Sûreté du Québec est mort durant la grève opposant la CSN et l’homme d’affaires Raymond Malenfant. 

Le terreau est fertile; les rumeurs foisonnent dans Charlevoix à l’approche du Sommet du G7. D’aucuns ont ouï-dire que la ville sera bouclée dans un rayon de 15 km, que le pont de la 138 en direction de la Côte-Nord sera fermé, que toutes les personnes circulant seront fouillées, que les pêcheurs devront reporter leur pèlerinage dans Charlevoix… Et cet homme croisé au quai de refuge de Cap-à-l’Aigle qui évoque des manifestants déjà à l’œuvre dans la région.

***

Avant de quitter La Malbaie, un arrêt s’imposait au bureau local du Sommet du G7, riverain du boulevard de Comporté, l’artère principale de La Malbaie.

Bureau du G7

Qu’est-ce que vous faites là?

Avant de quitter La Malbaie, un arrêt s’imposait au bureau local du Sommet du G7, riverain du boulevard de Comporté, l’artère principale de La Malbaie. C’est ici que les résidents et visiteurs peuvent se rendre pour obtenir des réponses à leurs questions. Mais pas le journaliste du Soleil; il n’était pas bienvenu. Contrairement aux citoyens qui recevaient sourires, autocollants et épinglettes du G7, le scribe s’est fait dire promptement qu’on ne lui dirait rien. Puis, plus tard, tandis qu’il faisait route vers Québec sur la 138, le cellulaire a vibré. C’était une représentante d’Affaires mondiales Canada qui se demandait, depuis Ottawa, ce que nous faisions dans Charlevoix. Elle voulait nous «conseiller» d’annoncer notre présence à l’avance la prochaine fois...  

***

Le G7?

Le G7 regroupe le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis. Les grandes instances politiques européennes sont aussi invitées, tout comme des groupes économiques. C’est la sixième fois que le Canada préside le G7 et accueille le sommet annuel depuis qu’il a joint le club sélect en 1976.