D'hier à aujourd'hui

La côte d'Abraham en 1925

Le croisement de la rue de la Couronne, de la côte d’Abraham et de la rue Saint-Vallier Est.

En 1925, le secteur est dominé par les petites maisons avec des lucarnes, typiques du XIXe siècle. En toile de fond, on aperçoit les châteaux d’eau, les clochers et les usines de la basse ville. Mais cette époque tire à sa fin.

En 1927, Le Soleil construit son siège social au coin des rues Saint-Vallier et de la Couronne. Il va y demeurer 67 ans. Durant ce demi-siècle, le carrefour fait partie du quartier des affaires de Québec, avant d’être quasiment laissé à l’abandon, à partir des années 70.

D'hier à aujourd'hui

L'avenue d'Estimauville en 1952

L’hôpital Saint-Michel-Archange, vu de l’intersection de l’avenue d’Estimauville et du boulevard Sainte-Anne, en 1952.

L’édifice principal a été complètement refait en 1943, après un terrible incendie. Seule une petite portion du bâtiment ancien subsiste, sur le côté est. L’agriculture est encore présente dans le secteur, mais la ville n’est pas très loin. La charrette tirée par un cheval coexiste avec un arrêt d’autobus bilingue. On se trouve alors sur le territoire du village de Giffard, qui ne sera intégré à Beauport qu’en 1976.

D'hier à aujourd'hui

La place Jacques-Cartier en 1962

À l’époque, la place Jacques-Cartier joue pour la Basse-Ville un rôle semblable à celui que joue la place D’Youville pour la Haute-Ville. Un carrefour. Un point de repère. Un lieu chargé d’histoire. C’est là qu’ont débuté les émeutes anti-conscription, en avril 1918.
La place Jacques-Cartier en 2017

D'hier à aujourd'hui

La voie Sir Wilfrid Laurier en 1943

La voie Sir Wilfrid Laurier, aujourd’hui la route des Rivières à Saint-Nicolas, en 1943. À l’époque, il s’agit d’une simple voie goudronnée, qui relie Saint-Nicolas à Saint-Étienne-de-Lauzon, le long des paysages champêtres de la rivière Beaurivage.

Il semble que la sympathique camionnette soit une Diamond T, Model 80, de l’année 1935 ou 1936. 

De nos jours, la route des Rivières est nettement plus achalandée. Elle traverse un secteur qui connaît une croissance extrêmement rapide. 

Seuls le pont de Québec et les petites collines bleues de l’horizon peuvent servir de points de repère.