Saint-Vincent de Paul en 1982

Saint-Vincent de Paul en 1982

Le croisement de la côte d’Abraham et de l’avenue Honoré-Mercier, en 1982. À l’époque, le béton triomphe. Les routes semblent dessinées par un fanatique des pistes de course Hot Wheels.

Tout est pensé et construit pour le bonheur de la voiture. Pour elle, on a même construit deux bretelles d’autoroutes qui aboutissent dans la falaise, en attendant un tunnel qui ne verra jamais le jour! À droite, la rivière Saint-Charles est encore enfermée dans le béton. 

«Comme une folle ligotée sur son lit», dira un urbaniste. À gauche, au bas de la côte d’Abraham, on aperçoit le vaste terrain vague qui deviendra le jardin de Saint-Roch, en 1993. On voulait y faire passer les bretelles d’une autre autoroute. 

Aujourd’hui, la vue s’est complètement transformée. L’avenue Honoré-Mercier a été rendue plus «conviviale», à partir de 2002. Au premier plan, on aperçoit le vaste espace vide créé par la démolition précipitée de l’église et du patro Saint-Vincent de Paul, en 2006. À chaque époque son terrain vague, en plein centre de la ville…

Saint-Vincent de Paul en 2019