Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’intersection de l’avenue D’Estimauville en 1967
L’intersection de l’avenue D’Estimauville en 1967

L’intersection de l’avenue D’Estimauville en 1967

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
L’intersection de l’avenue D’Estimauville et du boulevard Sainte-Anne, en 1967. À l’époque, on ne remarque pas grand-chose à part une impressionnante collection de poteaux électriques. Les plus âgés gardent le souvenir de la glissade que l’on aperçoit à gauche, le long du boulevard. On la surnommait le «gros bill».

Les plus âgés gardent le souvenir de la glissade que l’on aperçoit à gauche, le long du boulevard. On la surnommait le «gros bill». L’été, on trouvait aussi un terrain de pratique pour le golf (driving range). 

Aujourd’hui, le secteur est devenu l’un des plus dynamiques de Québec. La construction de deux édifices du gouvernement fédéral, en 2009 et 2015, a donné le ton. La Ville y poursuit le développement de l’écoquartier D’Estimauville, à grand renfort de publicités, de vidéos et de dessins à faire rêver.

L’intersection de l’avenue D’Estimauville en 2021