Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le coin des rues Saint-Jean et Couillard en 1949
Le coin des rues Saint-Jean et Couillard en 1949

Le coin des rues Saint-Jean et Couillard en 1949

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Le coin des rues Saint-Jean et Couillard, dans le Vieux-Québec, en 1949. À l’époque, l’université se trouve juste au bout de la rue Couillard. On parle des environs comme du «Quartier latin», en référence au secteur qui entoure l’université de la Sorbonne, à Paris.

Du côté gauche, ne manquez pas la boutique J. A. Kirouac, une véritable institution du jouet, qui finira par compter une dizaine de succursales. Un peu plus loin, on aperçoit le magasin d’alimentation Bardou & Fils, un autre commerce incontournable du quartier. 

Bardou est recherché pour son comptoir de boucherie, ses pâtisseries françaises et ses sandwichs. En 1949, l’épicier annonce fièrement que son entreprise effectue des livraisons «à la campagne», c’est-à-dire... à Charlesbourg, à Lac-Beauport, à Lac-Saint-Charles et à Loretteville. 

De l’autre côté de la rue, on devine l’enseigne du studio de photographie de la famille Livernois. 

Aujourd’hui, un monument rend d’ailleurs hommage aux Livernois, à qui l’on doit notamment des milliers de photos d’époque. L’aspect des lieux n’a pas trop changé, malgré l’incendie qui a ravagé plusieurs bâtiments, en 1980. 

Par contre, l’appellation «Quartier latin» n’est plus qu’un souvenir, au même titre que les chambres d’étudiant à bon marché.

Le coin des rues Saint-Jean et Couillard en 2020