Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La ruelle des Ursulines en 1950
La ruelle des Ursulines en 1950

La ruelle des Ursulines en 1950

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La ruelle des Ursulines, dans le Vieux-Québec, en 1950. Durant le Régime français, ce n’est qu’un sentier que les vaches empruntent pour aller brouter près des fortifications. Mais en 1950, la ruelle est le théâtre d’une guéguerre que se livrent les publicités des boissons gazeuses sur les murs de L’Épicerie canadienne. Embouteillé à Montréal, le Kik Cola se vend deux fois moins cher que le Coca-Cola.

Même que pour se défaire de son image de «cola des pauvres», il a embauché le joueur des Canadiens Henri Richard, le frère de Maurice. Henri, alias le «Pocket Rocket» répète que le Kik Cola est «le cola des familles». Malgré tout, la concurrence reste vive. 

À Québec, il faut compter avec les Liqueurs Fortier, fabriquées dans le quartier Saint-Roch. Leur slogan «Dignes du Québec» fait appel au nationalisme. Avec les années, la ruelle des Ursulines deviendra beaucoup plus coquette, même si elle est entièrement consacrée au tourisme…

La ruelle des Ursulines en 2021

+
VOS SOUVENIRS À PARTAGER

Vous avez des connaissances à partager à propos de ces photos? Elles vous évoquent des souvenirs? Venez utiliser le Chronoscope pour identifier, dater, commenter et géolocaliser ces photos. Ainsi, vous contribuez à enrichir et à diffuser la mémoire collective de votre ville.