Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Grande Allée Est, vue de la place George-V, en 1952
La Grande Allée Est, vue de la place George-V, en 1952

La Grande Allée Est, vue de la place George-V, en 1952

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
La Grande Allée Est, vue de la place George-V, en 1952. À l’époque, le secteur est encore très prisé par la bourgeoisie de Québec. Mais les grandes demeures vont bientôt être transformées pour accueillir des restaurants et des bars. La Grande Allée deviendra un lieu «festif».

Tout autour, le réaménagement de la colline Parlementaire va entrainer de nombreuses démolitions. Des édifices modernes surgiront dans toutes les directions. On verra aussi apparaître le parc Grande Allée, que tout le monde surnomme Le Pigeonnier. Il sera rebaptisé parc de la Francophonie, en 1995. 

Aujourd’hui, le secteur apparaît méconnaissable. Sur la Grande Allée, on pourrait décrire le paysage comme deux lignes de maisons anciennes, cernées par des édifices en hauteur.

La Grande Allée Est, vue de la place George-V, en 2021

+

VOS SOUVENIRS À PARTAGER

Vous avez des connaissances à partager à propos de ces photos? Elles vous évoquent des souvenirs? Le Soleil vous invite à partager ces informations en utilisant le Chronoscope.  

Le Chronoscope est une plateforme en ligne développée à Québec, par l’ÉNAP (École nationale d’administration publique), en collaboration avec plusieurs partenaires, en particulier le service du greffe et des archives de la Ville de Québec. Cette plateforme permet aux citoyens de visualiser des images d'archives et de contribuer à leur enrichissement en les identifiant, en les datant, en les commentant et en les situant sur une carte. Vos contributions permettront de mieux repérer ces photos tout en appuyant le travail des archivistes.   

Chaque semaine, les lecteurs de la chronique d’Hier à aujourd’hui sont invités à se rendre sur le Chronoscope pour visualiser les photos et pour partager les connaissances et les souvenirs qu’elles leur évoquent. Il s'agit d'un geste simple qui contribue à l’enrichissement et la diffusion de la mémoire collective de la Ville.