Le Soleil
Le Château Frontenac en 1962

D'hier à aujourd'hui

Le Château Frontenac en 1962

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le Château Frontenac vu depuis le parc Montmorency, en 1962. Le «Château», qu’un humoriste français a déjà comparé à un «gâteau de noces», n’a pas beaucoup changé. Les petites maisons de la côte de la Montagne non plus. Mais le monde de 1962 apparaît bien lointain.
Le quartier Saint-Louis à Sainte-Foy en 1963

D'hier à aujourd'hui

Le quartier Saint-Louis à Sainte-Foy en 1963

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Un aperçu du quartier Saint-Louis, le long du boulevard Laurier à Sainte-Foy, en 1963. Tout est neuf. Place Sainte-Foy a ouvert ses portes en 1958, avec des commerces entourant un supermarché Steinberg. Place Laurier a suivi, en 1961. La première version du Centre hospitalier universitaire de l’Université Laval (CHUL) a été inaugurée en 1954. Au loin, on aperçoit déjà plusieurs bâtiments du campus de l’Université Laval.
Le chemin Royal, vers 1903

D'hier à aujourd'hui

Le chemin Royal, vers 1903

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La photo provient de la Keystone View Company, une société américaine qui constituait une banque d’images en «stéréographie». Son système permettait de visionner les clichés avec «une sensation de relief», dixit la publicité. L’image bucolique du chemin Royal était présentée sous le titre «A French-Canadian Village». Notez les trottoirs de bois. Le cheval est encore roi. L’automobile est encore rare. 
La rue Saint-Jean en 1962

D'hier à aujourd'hui

La rue Saint-Jean en 1962

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rue Saint-Jean, au bas de la côte de la Fabrique, en 1962. On s’apprête à démolir plusieurs maisons du XIXe siècle pour faire place à un édifice moderne. À gauche, la démolition du siège du Club automobile de Québec est déjà commencée. Au centre, le salon de beauté et de coiffure La Rose a fermé ses portes. Des travailleurs s’affairent à enlever les vitrines.
La place du Marché Finlay en 1973

D'hier à aujourd'hui

La place du Marché Finlay en 1973

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
La place du Marché Finlay (aujourd’hui place de Paris), en 1973. La reconstruction du quartier de place Royale tire alors à sa fin. La plupart des habitants ont déserté les lieux. Malgré la nouvelle vocation touristique du secteur, l’endroit est encore occupé par un stationnement.
Charlesbourg en 1982

D'hier à aujourd'hui

Charlesbourg en 1982

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Une vue du quartier des Jésuites, à Charlesbourg, en 1982. La ville de Charlesbourg vient de connaître une croissance fulgurante. De 1941 à 1981, la population est passée de 6242 à 68 320 personnes.
Le chemin du pont de l'île d'Orléans en 1934

D'hier à aujourd'hui

Le chemin du pont de l'île d'Orléans en 1934

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La construction de la côte du pont de l’île d’Orléans, en 1934. À l’époque, l’île n’est pas encore reliée au reste du continent. Un traversier fait la navette entre le port de Québec et le quai de Sainte-Pétronille. Mais l’isolement relatif de l’île tire à sa fin.
La rue des Jardins vers 1975

D'hier à aujourd'hui

La rue des Jardins vers 1975

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La terrasse de la brasserie Le Gaulois, sur la rue des Jardins, dans le Vieux-Québec, vers 1975. À l’époque, un nombre impressionnant de bars et de restaurants se concentrent dans le Vieux-Québec, affectueusement surnommé le «Vieux».
La place D’Youville en 1966

D'hier à aujourd'hui

La place D’Youville en 1966

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La place D’Youville, que l’on surnomme alors le «carré D’Youville», ou le «Carré», en 1966. À gauche, on aperçoit un mur de l’hôtel Montcalm, qui sera démoli en juillet de cette année-là. Les nostalgiques des commerces d’antan remarqueront aussi la station-service BP (British Petroleum), au loin, tout en bas de la côte d’Abraham.
L’immeuble du 600 Belvédère en 1949

D'hier à aujourd'hui

L’immeuble du 600 Belvédère en 1949

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
L’immeuble du 600 Belvédère, à l’intersection de l’avenue Belvédère et de la côte Franklin (côte de la Pente-Douce), en 1949. À l’époque, on y trouve le restaurant Terrasse Belvédère de même qu’une station-service. Quelques années plus tard, le restaurant devient le Penn-Mass, un lieu connu pour ses mets… chinois.
Le carré Déziel vers 1900

D'hier à aujourd'hui

Le carré Déziel vers 1900

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le carré Déziel, à l’intersection des rues Guénette et Mont-Marie, à Lévis, vers 1900. On y remarque la statue érigée à la gloire de Mgr Joseph-David Déziel, qui avait participé à la fondation officielle de la ville, en 1861.
L’avenue Wilfrid-Laurier en 1960

D'hier à aujourd'hui

L’avenue Wilfrid-Laurier en 1960

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
L’avenue Wilfrid-Laurier, à la hauteur de la place George-V, en 1960. À gauche, on aperçoit l’une des maisons anciennes qui vont bientôt faire place à l’édifice H, alias «le bunker». Dès janvier 1967, la Ville de Québec modifie son règlement pour permettre les destructions.
Expo Québec et ses manèges, en 1982

D'hier à aujourd'hui

Expo Québec et ses manèges, en 1982

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Expo Québec et ses manèges, en 1982. Durant plus d’un siècle, l’Expo constituait LA grande tradition de Québec à la fin de l’été. Les écoliers s’y payaient un petit moment de liberté et d’euphorie avant la rentrée des classes. Mais la grande foire est disparue en 2016, victime de son âge et d’un peu de mauvaise volonté politique.
La Place Royale en 1954

D'hier à aujourd'hui

La Place Royale en 1954

Marie-Soleil Brault
Marie-Soleil Brault
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
L’identité française de Place Royale entre 1954 et 2021. Pour s’imprégner de l’esprit de la Nouvelle-France, la Place Royale est un bon point de départ, surtout grâce aux travaux de restauration réalisés dans les années 1970.
Les bâtiments de la Brasserie de Beauport en 1927

D'hier à aujourd'hui

Les bâtiments de la Brasserie de Beauport en 1927

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Les bâtiments de la Brasserie de Beauport, sur l’avenue Royale, en 1927. Notez le trottoir en bois, sur la gauche. Fondée en 1895, la compagnie de la Brasserie de Beauport bâtit ses installations autour de l’ancien moulin Brown. En l’espace de quelques années, ses affaires deviennent florissantes.
Le quartier Lebourgneuf, en 1983

D'hier à aujourd'hui

Le quartier Lebourgneuf, en 1983

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le quartier Lebourgneuf, en 1983. Au début des années 70, le quartier Lebourgneuf est créé à partir de l’ancienne ville de Charlesbourg-Ouest et de la partie est de Neufchâtel. Son nom vient de la contraction de «CharLESBOURG» et «NEUFchâtel».
La ruelle des Ursulines en 1950

D'hier à aujourd'hui

La ruelle des Ursulines en 1950

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La ruelle des Ursulines, dans le Vieux-Québec, en 1950. Durant le Régime français, ce n’est qu’un sentier que les vaches empruntent pour aller brouter près des fortifications. Mais en 1950, la ruelle est le théâtre d’une guéguerre que se livrent les publicités des boissons gazeuses sur les murs de L’Épicerie canadienne. Embouteillé à Montréal, le Kik Cola se vend deux fois moins cher que le Coca-Cola.
La brasserie J.P. Gariépy en 1971

D'hier à aujourd'hui

La brasserie J.P. Gariépy en 1971

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La brasserie J.P. Gariépy, au coin des rues Saint-Vallier Ouest et Oscar-Drouin, en 1971. Pendant longtemps, la «brasserie» Gariépy a été une «taverne», un type de commerce dont le gouvernement Duplessis avait réservé l’accès aux hommes, en 1937. La popularité des tavernes connaît son apogée vers le milieu des années 60. On en dénombre une soixantaine à Québec.