Le Soleil
La rue du Cul-de-sac vers 1900

D'hier à aujourd'hui

La rue du Cul-de-sac vers 1900

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rue du Cul-de-sac, près de la Place-Royale, vers 1900. On circule sur la terre battue. Les trottoirs sont constitués de bois. Au centre, on aperçoit les maisons Damour et Roussel, deux bâtiments de pierre dont les façades sont situées de l’autre côté, sur la rue Sous-le-Fort.
La rue Saint-Paul en 1967

D'hier à aujourd'hui

La rue Saint-Paul en 1967

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rue Saint-Paul, près de l’intersection avec la côte Dinan, en 1967. L’endroit se situe alors au cœur des activités portuaires de Québec. On y retrouve une activité industrielle intense, notamment avec l’entreprise Canada Cement. Mais plus pour très longtemps.  Le déplacement progressif des activités du port vers l’est va plonger le secteur dans un marasme prolongé. 
Le boulevard Laurier en 1960

D'hier à aujourd'hui

Le boulevard Laurier en 1960

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le boulevard Laurier, au coin de l’avenue Lavigerie, en 1960. Le boulevard connaît alors une période de grande effervescence. L’Université Laval a construit plusieurs bâtiments à proximité. Place Sainte-Foy a été inaugurée en 1958. Place Laurier va ouvrir ses portes en 1961.
L’intersection de la rue John West et du chemin Sainte-Foy en 1955

D'hier à aujourd'hui

L’intersection de la rue John West et du chemin Sainte-Foy en 1955

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
L’intersection de la rue John West et du chemin Sainte-Foy, en 1955. À l’époque, on remarque encore quelques fermes, ici et là. Mais Sainte-Foy connaît une véritable explosion démographique. De 1951 à 1961, sa population est multipliée par six. Elle passe de 5976 à 38 521 habitants! Le développement se fait à toute vitesse.
La rue Saint-Joseph vers 1970

D'hier à aujourd'hui

La rue Saint-Joseph vers 1970

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rue Saint-Joseph, près de l’intersection avec la rue du Pont, vers 1970. Jadis surnommée «la Broadway de Québec», la rue commerciale se trouve à la croisée des chemins. Depuis des décennies, elle vibre au rythme de quatre grands du commerce : Pollack, Le Syndicat, Paquet et Laliberté.
La rue de la Couronne, en 1967

D'hier à aujourd'hui

La rue de la Couronne, en 1967

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rue de la Couronne, en 1967. Plusieurs piétons sont peut-être des employés du Soleil, dont les bureaux se trouvent sur la gauche. Au bas de la pente, on aperçoit l’édifice du Syndicat, l’un des grands magasins de la vente au détail dans le quartier Saint-Roch.
La rivière Saint-Charles en 1949

D'hier à aujourd'hui

La rivière Saint-Charles en 1949

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rivière Saint-Charles, à la hauteur de l’avenue Simon-Napoléon-Parent, dans le quartier Saint-Roch, en 1949. À l’époque, la rivière encercle pratiquement le parc Victoria. On raconte qu’elle est navigable jusqu’au pont Scott, dans le quartier Saint-Sauveur.
Le coin des rues Saint-Vallier Est et Saint-Dominique en 1973

D'hier à aujourd'hui

Le coin des rues Saint-Vallier Est et Saint-Dominique en 1973

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le coin des rues Saint-Vallier Est et Saint-Dominique, dans le quartier Saint-Roch à Québec, en 1973. Les petites maisons que l’on aperçoit au loin n’en ont plus pour longtemps. La destruction du secteur pour faire place à l’autoroute Dufferin-Montmorency est presque complétée, même si les travaux avancent lentement.
Le bas de la côte Dinan en 1970

D'hier à aujourd'hui

Le bas de la côte Dinan en 1970

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le bas de la côte Dinan, à son croisement avec la rue Saint-Vallier Est, en 1970. La côte a été aménagée en 1897 pour permettre le passage du tramway électrique. À l’époque, la pente de sa voisine, la côte du Palais, était jugée «trop abrupte» pour les véhicules sur rails.
Le couvent du Mont-Thabor en 1984

D'hier à aujourd'hui

Le couvent du Mont-Thabor en 1984

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le couvent du Mont-Thabor des Sœurs servantes du Très-Saint-Sacrement, sur la 18e Rue, dans Limoilou, en 1984. Le vaste couvent, dont l’architecture s’inspirait du style Art déco, avait été construit en 1930. Une chapelle avait été ajoutée, en 1951.
La Place Liray en 1970

D'hier à aujourd'hui

La Place Liray en 1970

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La Place Liray, sur le boulevard Henri-Bourassa, à Orsainville, en 1970. Le développement rapide des banlieues provoque alors de grands bouleversements dans les habitudes de consommation. Un peu partout, les centres commerciaux poussent comme des champignons.
La rue de l'Espinay en 1966

D'hier à aujourd'hui

La rue de l'Espinay en 1966

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
L’intersection des rues de l’Espinay et Ozanam, en 1966. L’hôpital Saint-François d’Assise est encore de dimension modeste. Inauguré en 1913, l’établissement catholique se distinguait parce qu’il abritait à la fois une maternité et une école d’infirmières.
Le Château Frontenac en 1962

D'hier à aujourd'hui

Le Château Frontenac en 1962

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Le Château Frontenac vu depuis le parc Montmorency, en 1962. Le «Château», qu’un humoriste français a déjà comparé à un «gâteau de noces», n’a pas beaucoup changé. Les petites maisons de la côte de la Montagne non plus. Mais le monde de 1962 apparaît bien lointain.
Le quartier Saint-Louis à Sainte-Foy en 1963

D'hier à aujourd'hui

Le quartier Saint-Louis à Sainte-Foy en 1963

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Un aperçu du quartier Saint-Louis, le long du boulevard Laurier à Sainte-Foy, en 1963. Tout est neuf. Place Sainte-Foy a ouvert ses portes en 1958, avec des commerces entourant un supermarché Steinberg. Place Laurier a suivi, en 1961. La première version du Centre hospitalier universitaire de l’Université Laval (CHUL) a été inaugurée en 1954. Au loin, on aperçoit déjà plusieurs bâtiments du campus de l’Université Laval.
Le chemin Royal, vers 1903

D'hier à aujourd'hui

Le chemin Royal, vers 1903

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La photo provient de la Keystone View Company, une société américaine qui constituait une banque d’images en «stéréographie». Son système permettait de visionner les clichés avec «une sensation de relief», dixit la publicité. L’image bucolique du chemin Royal était présentée sous le titre «A French-Canadian Village». Notez les trottoirs de bois. Le cheval est encore roi. L’automobile est encore rare. 
La rue Saint-Jean en 1962

D'hier à aujourd'hui

La rue Saint-Jean en 1962

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La rue Saint-Jean, au bas de la côte de la Fabrique, en 1962. On s’apprête à démolir plusieurs maisons du XIXe siècle pour faire place à un édifice moderne. À gauche, la démolition du siège du Club automobile de Québec est déjà commencée. Au centre, le salon de beauté et de coiffure La Rose a fermé ses portes. Des travailleurs s’affairent à enlever les vitrines.
La place du Marché Finlay en 1973

D'hier à aujourd'hui

La place du Marché Finlay en 1973

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
La place du Marché Finlay (aujourd’hui place de Paris), en 1973. La reconstruction du quartier de place Royale tire alors à sa fin. La plupart des habitants ont déserté les lieux. Malgré la nouvelle vocation touristique du secteur, l’endroit est encore occupé par un stationnement.
Charlesbourg en 1982

D'hier à aujourd'hui

Charlesbourg en 1982

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
Une vue du quartier des Jésuites, à Charlesbourg, en 1982. La ville de Charlesbourg vient de connaître une croissance fulgurante. De 1941 à 1981, la population est passée de 6242 à 68 320 personnes.
Le chemin du pont de l'île d'Orléans en 1934

D'hier à aujourd'hui

Le chemin du pont de l'île d'Orléans en 1934

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La construction de la côte du pont de l’île d’Orléans, en 1934. À l’époque, l’île n’est pas encore reliée au reste du continent. Un traversier fait la navette entre le port de Québec et le quai de Sainte-Pétronille. Mais l’isolement relatif de l’île tire à sa fin.
La rue des Jardins vers 1975

D'hier à aujourd'hui

La rue des Jardins vers 1975

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La terrasse de la brasserie Le Gaulois, sur la rue des Jardins, dans le Vieux-Québec, vers 1975. À l’époque, un nombre impressionnant de bars et de restaurants se concentrent dans le Vieux-Québec, affectueusement surnommé le «Vieux».
La place D’Youville en 1966

D'hier à aujourd'hui

La place D’Youville en 1966

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
La place D’Youville, que l’on surnomme alors le «carré D’Youville», ou le «Carré», en 1966. À gauche, on aperçoit un mur de l’hôtel Montcalm, qui sera démoli en juillet de cette année-là. Les nostalgiques des commerces d’antan remarqueront aussi la station-service BP (British Petroleum), au loin, tout en bas de la côte d’Abraham.
L’immeuble du 600 Belvédère en 1949

D'hier à aujourd'hui

L’immeuble du 600 Belvédère en 1949

Jean-Simon Gagné
Jean-Simon Gagné
Le Soleil
Patrice Laroche
Patrice Laroche
Le Soleil
L’immeuble du 600 Belvédère, à l’intersection de l’avenue Belvédère et de la côte Franklin (côte de la Pente-Douce), en 1949. À l’époque, on y trouve le restaurant Terrasse Belvédère de même qu’une station-service. Quelques années plus tard, le restaurant devient le Penn-Mass, un lieu connu pour ses mets… chinois.