Le ministère de la Défense fait appel depuis des décennies à l'entreprise privée pour fournir des services tels que le travail de bureau, la lutte contre les incendies, la maintenance des hélicoptères ou l'entretien.
Le ministère de la Défense fait appel depuis des décennies à l'entreprise privée pour fournir des services tels que le travail de bureau, la lutte contre les incendies, la maintenance des hélicoptères ou l'entretien.

Deux syndicats dénoncent le recours au secteur privé à la Défense nationale

La Presse Canadienne
OTTAWA - Deux syndicats représentant les employés de la Défense nationale demandent à Ottawa de cesser de privatiser les services de ce ministère.

L'Alliance de la fonction publique du Canada et l'Union des employés de la Défense nationale affirment que ces services confiés à la sous-traitance coûtent plus cher aux contribuables que si le travail était fait à l'interne.

Par ailleurs, les syndicats soutiennent que les travailleurs du secteur privé ne jouissent pas nécessairement des mêmes protections et conditions de travail que les fonctionnaires fédéraux pendant la pandémie.

Dans un rapport commun publié lundi, les deux syndicats estiment qu'il n'y aurait aucune preuve que le recours au privé fait économiser de l'argent aux contribuables - en fait, ils soutiennent qu'il y aurait des preuves substantielles que cela coûte plus cher au ministère de la Défense.

Le rapport, «première étape d'une campagne nationale visant à mettre un frein à la privatisation», soutient que le ministère de la Défense a dépensé près de 4 milliards $ pour la sous-traitance au cours de l'exercice 2018-2019.

Le ministère fait appel depuis des décennies à l'entreprise privée pour fournir des services tels que le travail de bureau, la lutte contre les incendies, la maintenance des hélicoptères ou l'entretien.