Deux jours pour raconter 100 ans d'histoire

Il est de plus en plus rare de voir passer des trains sur le viaduc de Cap-Rouge, mais les passionnés du monde ferroviaire seront gâtés par les festivités entourant les 100 ans du Tracel, le samedi 7 et le dimanche 8 septembre.
Une exposition des trains miniatures de Guy Paré, reproduits à l'échelle G, la plus grande dans le domaine, sera présentée à l'école Marguerite-D'Youville. «Ce sera spectaculaire!» promet François Bouchard, chargé de projet à la Société historique du Cap-Rouge (SHCR).
Et pour ceux qui voudraient pousser l'expérience ferroviaire un peu plus loin, des tours de petit train sont prévus sur le bord du fleuve, avec embarcadère à la plage Jacques-Cartier.
La société historique a prévu de l'animation en continu, «bien répartie dans tout le Vieux-Cap-
Rouge», précise François Bouchard. Le point de rendez-vous principal sera sous le chapiteau érigé dans la cour de l'école Marguerite-D'Youville, mais la marina, le parc de la Forge, le parc Jean-Déry et la Maison Léon-Provancher seront aussi le théâtre d'activités diverses.
Symposium de peinture à l'ombre du tracel, spectacle de magie pour les petits et pour les grands, pique-nique familial, partage d'un énorme gâteau, spectacle de la chanteuse Chantal Blanchais et feux d'artifice au-desssus du viaduc sont au programme pour la journée de samedi.
Dimanche, une messe commémorative célébrée à la manière de 1913 ouvrira la journée, qui sera ensuite pimentée par le spectacle de la conteuse Arleen Thibault. En début d'après-midi, la fanfare Alouette de Québec battra la cadence sur la plage Jacques-Cartier. Les chansonniers Cyr et Lavoie se sont vu confier le mandat de clore les festivités en beauté.
Un service gratuit de navette desservira les différents stationnements de Cap-Rouge.
Pour tous les détails : http://shcr.qc.ca/centenaire/
<p>Le tracel en chiffres</p>
Quel avenir pour le tracel?
La question se pose : qu'adviendra-t-il du tracel de Cap-Rouge quand il n'y aura plus de trains qui y circuleront? Des étudiants en architecture de l'Université Laval se sont penchés sur le problème. Chambres d'hôtel accrochées aux piliers, parc d'attractions, patinoire, musée... Ils ne manquent pas d'idées pour valoriser cette structure singulière! L'exposition de leurs travaux est à découvrir, à l'école Marguerite-D'Youville, durant les festivités de la fin de semaine prochaine.  Isabelle Houde
En un mot
Le tracel › Pourquoi le viaduc de Cap-Rouge est-il connu sous le nom de tracel? L'expression vient du mot anglais trestle, qui était utilisé pour désigner le pont à chevalets en construction dans la vallée. En circulant oralement dans la population francophone du secteur, trestle s'est lentement transformé en «tracel». Il est passé dans l'usage commun, si bien qu'il est devenu le nom du viaduc aujourd'hui.