Le Cégep de Matane s’est désisté des recours qu’il avait intentés en cour supérieure contre l’ancien directeur général de l’établissement, Emery Béland, à qui il réclamait 215 000 $ versés en trop.

Désistement d’un recours contre un ex-dg: le Cégep de Matane refuse de s’expliquer

MATANE — Une entente survenue entre le Cégep de Matane et son ancien directeur général, Emery Béland, confinerait les deux parties au silence. Cette entente fait suite au désistement d’un recours judiciaire de l’établissement contre M. Béland, à qui l’institution réclamait 215 000 $ versés en trop.

C’est ce que Le Soleil a appris d’une source fiable qui requiert l’anonymat, tout en admettant que la situation était pour le moins «questionnable». «Je souhaite vous mentionner que nous n’accorderons pas d’entrevue et ne commenterons pas ce dossier, a pour sa part répondu la responsable des communications du Cégep, Brigitte Lavoie, à notre demande d’entrevue. Le Cégep de Matane ne commente pas sur la place publique des dossiers liés à ses étudiants, à ses employés ou à ses ex-employés.»

À LIRE AUSSI: Désistement d’un recours contre un ex-dg: le Cégep de Matane renonce à 215 000 $

Le président du conseil d’administration de l’établissement, Nicolas Leclerc, n’a pas non plus répondu à notre demande d’entrevue. «Aucun commentaire. Je suis tanné de ça!» a réagi le principal intéressé, Emery Béland, avant qu’il ne nous raccroche la ligne au nez. 

Par ailleurs, deux sources bien informées du dossier ont confirmé au Soleil que l’Unité permanente anticorruption (UPAC), qui serait débarquée au Cégep de Matane, faisait toujours enquête. «Le règlement de ce dossier-là n’empêche pas l’UPAC de poursuivre son travail, a laissé tomber l’une des sources. Mais, ce sont deux dossiers différents.» Selon nos informations, l’enquête viserait un contrat entre le Cégep et la firme Cormier Groupe Conseil de Matane qui a, par la suite, engagé l’ex-directeur général Emery Béland pour le soutien à l’entrée en fonction de son successeur, Rémi Massé.

Quelques mois plus tard, M. Massé a été élu député fédéral d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia. Au lendemain de son élection, le nouveau député libéral a engagé Emery Béland à titre d’adjoint parlementaire. Par ailleurs, le président de Cormier Groupe Conseil, Marcel Cormier, qui avait octroyé le contrat à M. Béland pour qui il ne cache pas ses liens d’amitié, était un bénévole de l’équipe de campagne électorale de M. Massé. Celui-ci brigue actuellement un deuxième mandat de député.

Rappelons que le Cégep de Matane s’est désisté, le 31 mai, de la poursuite intentée en cour supérieure contre Emery Béland. Les procédures avaient été entreprises sur une ordonnance de l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, en janvier 2017.