Environ 55 000 wagons de modèle DOT-111 aux États-Unis seraient assujettis à la taxe.

Des wagons chargés de brut traverseraient le Québec

Un autre projet d'exportation de pétrole des sables bitumineux traversant le Québec est en voie de se réaliser, et cette fois, ce sont plus de 220 wagons chargés de brut albertain qui sillonneraient chaque jour le territoire de la province pour alimenter un futur port du Nouveau-Brunswick.
Selon Le Devoir, l'entreprise Chaleur Terminals a récemment obtenu le permis de construction de son port pétrolier d'exportation qui sera situé à Belledune, sur les rives de la baie des Chaleurs. Cette filiale de la société albertaine Secure Energy souhaite y construire un parc de réservoirs de pétrole, mais aussi deux pipelines.
Pour acheminer le pétrole de l'Ouest jusqu'au Nouveau-Brunswick, l'entreprise aurait opté pour le transport par convois de wagons-citernes. Deux convois feraient le voyage jusqu'à Belledune chaque jour, pour un total de 220 wagons. C'est trois fois le nombre de wagons que comptait le convoi qui a provoqué la catastrophe de Lac-Mégantic.
En empruntant les voies du Canadien National, ce pétrole devra parcourir le territoire québécois sur des centaines de kilomètres. Tout indique que les convois passeraient notamment par l'île de Montréal, Saint-Hyacinthe, Drummondville, Lévis, Rivière-du-Loup et Rimouski.
L'opposition citoyenne entend faire avorter ce nouveau projet. La porte-parole du regroupement Tache d'huile, Maude Prud'Homme, demande au gouvernement du Québec d'intervenir, même si le dossier est de juridiction fédérale. Elle déplore que les autorités n'aient rien retenu de la tragédie de Lac-Mégantic.