Les bénévoles de la Coalition internationale Aide et Liberté Venezuela, qui s’occupent d’acheminer l’aide au Venezuela ont reçu entre autres de l’acétaminophène (Tylenol), des pansements, des produits d’hygiène, du dentifrice et des couches.

Des Vénézuéliens de Québec se mobilisent pour leur pays

Des Vénézuéliens de Québec ont organisé, dimanche, une collecte de médicaments et de produits de première nécessité pour venir en aide à leurs familles et à leurs compatriotes alors qu’une crise politique et humanitaire secoue le pays depuis plusieurs mois.

Les bénévoles de la Coalition internationale Aide et Liberté Venezuela, qui s’occupent d’acheminer l’aide au Venezuela ont reçu entre autres de l’acétaminophène (Tylenol), des pansements, des produits d’hygiène, du dentifrice et des couches.  

«C’est difficile pour nos familles en ce moment. Il y a une carence de l’électricité, des médicaments, de l’alimentation. On ne trouve rien à la pharmacie. C’est vraiment une grande crise humanitaire», a expliqué l’une des bénévoles de la Coalition, Nalliby Duran. 

De nombreux Vénézuéliens mais aussi des Colombiens et des Mexicains touchés par la crise de leur voisin ont apporté entre autres des médicaments, des couches et des produits d’hygiène.

«Il y a des problèmes économiques, politiques, sociaux. On essaye de crier un SOS pour avoir du support», a souligné Maria Gabriella Oviedo, qui vit à Québec avec son conjoint et ses enfants depuis 2011.  

«Ça nous touche de près. On sait que ça peut être des gens dans leurs familles. Ça nous affecte beaucoup», a mentionné Rita Barakat, originaire de Colombie.


« Il y a une carence de l’électricité, des médicaments, de l’alimentation. On ne trouve rien à la pharmacie »
Nalliby Duran, une bénévole de la Coalition internationale Aide et Liberté Venezuela

La Coalition organisera deux nouvelles collectes les 24 et 31 mars à l’église Notre-Dame de Foy, au 820, rue Chanoine-Martin. Les dons seront acheminés d’abord à Montréal avant d’être envoyés au Venezuela, en espérant qu’ils arrivent à bon port alors que la frontière est fermée. «Les dons vont rentrer. J’invite tout le monde à donner. Il ne faut pas penser que ça ne va pas rentrer sinon on ne fera rien pour notre pays»,  a affirmé Mme Duran.

Ce qui peut être apporté : médicaments, vitamines, articles de premiers soins, articles orthopédiques, matériel hospitalier, barres protéinées, compléments nutritionnels, préparations pour nourrissons, produits alimentaires pédiatriques, comprimés de purification d’eau, traitements vermifuges et articles d’hygiène personnelle.

Ce qui ne peut pas être envoyé : vêtements, nourriture, jouets, argent.