Les utilisateurs de trottinettes doivent respecter les mêmes règlements que les cyclistes, en plus de quelques autres règles, comme le port obligatoire du casque ou avoir 18 ans.

Des trottinettes électriques à Québec prochainement?

Véritable phénomène en Europe depuis un an, les trottinettes électriques en location libre-service vont faire leur apparition, cet été, à Montréal et à Westmount pour un projet pilote. Pourrait-on voir des trottinettes électriques à Québec prochainement? La Ville étudie l’idée et va suivre l’implantation à Montréal au cours des prochains mois.

Mode ou nouveau moyen de transport citadin? Après une longue réflexion, le gouvernement du Québec a décidé d’autoriser les trottinettes électriques en location libre-service. À partir du 6 juillet, dans les villes qui auront adopté un règlement encadrant cette activité, il sera possible de louer une trottinette électrique et de l'utiliser pour circuler.

Très au fait du phénomène en Europe et toujours prête à promouvoir un autre mode de déplacement que la voiture individuelle, Montréal a adopté son règlement ce printemps. Les utilisateurs devront respecter les mêmes règles de circulation que les cyclistes, en plus d’autres règles, comme sillonner des routes où la vitesse maximale est de 50 km/h.

«C’est un phénomène en émergence. On constate l’engouement. On va suivre de très près le projet pilote à Montréal et voir comment ça va se développer», mentionne Rémy Normand, vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec, et responsable du transport.

Des règles strictes 

Les trottinettes électriques peuvent atteindre une vitesse de 30 km/h, mais face à différents problèmes rencontrés en Europe et à des accidents mortels, le gouvernement Legault a serré la vis et a restreint la vitesse à 20 km/h. Les utilisateurs devront également porter un casque, avoir 18 ans et plus ou détenir un permis autorisant la conduite d’un cyclomoteur, et suivre une formation sur l’application du locuteur avant de pouvoir louer une trottinette électrique. 

«C’est une bonne idée de limiter la vitesse», concède le gérant d’expansion chez Lime pour le Québec, Mat Lobraico. «On a déjà fait des démonstrations à Montréal et on attache beaucoup d’importance à parler de sécurité», poursuit-il.

Lime et les autres exploitants devront également s’assurer que leurs trottinettes électriques soient stationnées à des endroits spécifiques afin d’éviter qu’on en retrouve un peu partout, comme on a pu le voir ailleurs dans le monde. Sinon ils recevront une amende. 

Montréal va donc ajouter des panneaux spécifiquement dédiés aux trottinettes électriques. Celles-ci pourront être déposées contre les supports à vélo de tous les arrondissements et dans certaines zones au centre-ville. 

Zone d’ombre

Il y a quelques semaines, un homme de 25 ans est décédé à Paris après avoir été heurté par un camion. Il ne portait pas de casque : ce n’est pas obligatoire en France.

Au Québec, il sera obligatoire de porter un casque. Cependant, il ne sera pas fourni par les exploitants des trottinettes électriques en location libre-service. Les utilisateurs devront trimballer le leur. 

Questionné sur ce fait, le ministère des Transports a indiqué par courriel que des évaluations sur le taux de port du casque étaient prévues. Restera à voir si les policiers seront indulgents avec les utilisateurs qui loueront une trottinette, en particulier les touristes qui n’auront pas mis un casque dans leur valise. 

Une autre sorte de trottinette autorisée

On parle beaucoup des trottinettes électriques en location libre-service, mais depuis le 5 octobre 2018, les trottinettes électriques de l’entreprise québécoise Concept GeeBee sont autorisées à circuler sur le réseau routier selon certaines conditions. 

Ces trottinettes sont plus grosses, plus lourdes, plus durables, et possèdent une autonomie plus grande que celles prévues à Montréal et à Westmount. «Les trottinettes électriques sans ancrage sont plus petites et les normes de sécurité sont moins abouties», estime, Jean-Jacques Le Roy, directeur des opérations chez Concept GeeBee.

Certaines municipalités comme Sherbrooke et Plessisville en ont acheté pour les tester avec leurs employés qui peuvent l'utiliser pour se rendre au travail. 

Hydro-Québec a également signé un partenariat avec l’entreprise sherbrookoise pour faciliter les déplacements de ses cols blancs lorsqu’ils ont des rendez-vous.

Les particuliers peuvent également s’en procurer au coût de 3500 $. En comparaison, les trottinettes de Lime coûtent environ entre 250 et 400 $.