Le palais de justice de Québec

Des travaux communautaires pour distribution d’image intime

Un adolescent de 14 ans de l’école secondaire Samuel-de-Champlain, coupable d’avoir distribué une photo intime d’une amie à l’automne 2018, pourra bénéficier d’une absolution conditionnelle à l’exécution de 20 heures de travaux communautaires.

Contrairement au dossier du Séminaire des Pères Maristes, l’adolescent beauportois n’a pas commis de leurre informatique; la jeune fille de 13 ans lui a d’emblée envoyé une photo d’elle. Le garçon a ensuite transféré la photo à quatre amis. Le garçon et la fille ont tous deux été rapidement suspendus par l’école secondaire. Ils ont recommencé à se voir et le garçon a participé à un processus de médiation avec la jeune fille. L’événement a eu de grandes conséquences sur le plan académique; l’accusé devra reprendre son année scolaire et la jeune fille doit faire des cours de rattrapage. L’adolescente a de plus été victime d’intimidation et mise à l’écart. 

Le procureur de la Couronne Me Hugo Breton tenait à l’imposition de travaux communautaires en guise de réparation à la société, mais aussi pour assurer une certaine parité avec les peines imposées aux étudiants d’autres écoles (Pères Maristes et Séminaire Saint-François, notamment). 

La juge Judith Landry, qui a traité plusieurs de ces dossiers au cours des derniers mois, a souligné à l’adolescent la gravité de ses actions, qui ont atteint la victime dans son intimité et sa réputation.