Le canicross l’un des sports attelés canins, est un sport accessible à tous, qui peut se pratiquer dans un parc, en forêt ou encore à la montagne.

Des sports canins en plein essor

La SPA de Québec organisait, dimanche, à la Base de plein de Sainte-Foy, sa quatrième Marche canine au profit de l’organisme. Une occasion pour la SPA de mettre de l’avant les sports attelés canins en plein essor au Québec.

Posséder un animal et en particulier un chien, ce n’est pas seulement pour le plaisir, ça vient avec des responsabilités. Un chien a besoin de sortir et de se défouler. Pratiquer une activité sportive avec son chien permet de répondre à ses besoins, et en même temps, lier une relation adéquate et soudée avec son animal.

«Il y a vraiment une explosion du côté des sports attelés canins, tout le monde est intéressé par ça. On a donc décidé de mettre l’accent là-dessus cette année dans le but d’amener les gens à découvrir de nouvelles activités qui vont souder le lien entre eux et leur animal», a expliqué le président de la SPA de Québec, Félix Tremblay.

Au lieu de marcher avec son chien en le retenant parce que lui, il a envie de courir, là c’est un peu le contraire, c’est le chien qui va amener son maître à la course. 


« Le chien va dépenser son énergie, donc au retour il va être détendu, agréable. Il va avoir envie de se faire caresser, et vous-même, vous allez dépenser de l’énergie, donc vous allez être aussi détendu. »
Félix Tremblay

Qu’est-ce que c’est, le canicross?

Le canicross l’un des sports attelés canins, est un sport accessible à tous, qui peut se pratiquer dans un parc, en forêt ou encore à la montagne. 

«On met une ceinture es un peu matelassée autour de sa taille qui est reliée au harnais du chien avec ligne qu’on appelle bungee. Beaucoup de gens qui n’aiment pas courir s’y sont mis parce que courir avec son chien, ça ajoute une motivation», a fait valoir Maude Lapointe, fondatrice du Club Sport Attelés Canins Québec.

Selon Mme Lapointe, le chien fait du sport, mais il travaille également son mental. «On lui demande de faire une traction, ce qui est très naturel pour la plupart des chiens, mais c’est aussi un travail de concentration. Quand on va courir dans le bois, il y a plein de distractions. Le chien apprend travailler sans être distrait.»

Grâce à l’argent récolté pendant l’activité, 7 700 $, la SPA va pouvoir traiter et soigner des animaux avant de les mettre en adoption.