La professeure agrégée en sciences de la santé à l’Université Simon Fraser, Zabrina Brumme

Des souches mutantes de VIH en Saskatchewan

AMSTERDAM — Des souches mutantes de VIH qui circulent en Saskatchewan entraînent le développement plus rapide de maladies liées au sida chez la population autochtone, affirme une nouvelle étude.

La recherche du Centre d’excellence sur le VIH / sida de la Colombie-Britannique et de l’Université Simon Fraser a été présentée jeudi, dans le cadre de l’édition 2018 de la Conférence sur le sida, à Amsterdam. Elle montre que les souches du VIH en Saskatchewan présentent des niveaux élevés de mutations immunorésistantes comparativement à celles d’autres régions du Canada et des États-Unis.

«Les médecins disaient que quelque chose clochait, que les gens tombaient malades très, très rapidement, a expliqué Zabrina Brumme, l’auteure principale de l’étude et une professeure agrégée en sciences de la santé à l’Université Simon Fraser. C’est presque comme si le virus était plus vicieux.»

Les taux d’incidence du VIH en Saskatchewan sont parmi les plus élevés en Amérique du Nord, avec des taux plus de dix fois supérieurs à la moyenne nationale dans certaines régions en 2016 . Près de 80 pour cent des personnes vivant avec le VIH dans la province sont autochtones.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que les maladies qui se développaient rapidement étaient liées à des souches résistantes qui s’étaient adaptées au profil immunitaire spécifique des populations autochtones.

«En Saskatchewan, comme ailleurs dans le monde, le VIH s’adapte aux populations hôtes dans lesquelles il circule, a précisé Mme Brumme. En Saskatchewan, la majorité des personnes touchées par le VIH sont d’ascendance autochtone, de sorte que le VIH s’est adapté à ces populations.»

L’analyse pluriannuelle a comparé plus de 2300 séquences de VIH de la Saskatchewan avec des séquences provenant d’ailleurs au Canada et aux États-Unis.

Les chercheurs ont examiné 70 mutations différentes, mais une mutation clé a été trouvée dans plus de 80 pour cent des souches de VIH dans la province, comparativement à seulement environ 25 pour cent des souches de VIH trouvées ailleurs en Amérique du Nord.

Plus de 98 pour cent des séquences de VIH recueillies en Saskatchewan présentaient au moins une mutation majeure résistante au système immunitaire. Les chercheurs ont dit que cela signifie que les souches avec des mutations similaires sont fréquemment et largement transmises.

Traitement encore efficace

Jeffrey Joy, un chercheur au Centre d’excellence sur le VIH / sida de la Colombie-Britannique, a indiqué que même si les résultats sont préoccupants, la bonne nouvelle est que si les gens subissent des tests, le traitement fonctionne encore sur des souches immunorésistantes.

Selon lui, il est essentiel d’élargir l’accès au dépistage et au traitement du VIH en Saskatchewan, car les antirétroviraux ne font pas que réduire les symptômes d’une personne, mais ils peuvent aussi empêcher la propagation des souches de VIH mutées.

«Les souches qui portent les mutations disparaîtront lentement parce qu’elles ne seront pas transmises à d’autres individus», a expliqué M. Joy.

Les chercheurs ont déclaré qu’ils prévoyaient se rendre en Saskatchewan et rencontrer des communautés et des médecins pour les aider à diffuser les résultats et à encourager d’autres tests.

Le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé une somme supplémentaire de 600 000 $ dans son budget de 2018-2019 pour les médicaments anti-VIH.