Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Projet Laurentia
Projet Laurentia

Des représentants du milieu culturel s'opposent au projet Laurentia dans le port de Québec

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Un collectif de 200 représentants du milieu culturel de Québec s’oppose catégoriquement au projet de terminal de conteneurs Laurentia, sur les battures de Beauport, le qualifiant de «néfaste» pour la vie des citoyens des quartiers environnants et pour la protection des écosystèmes.

Dans une lettre déposée lundi aux audiences publiques l’Agence d’évaluation d’impact du Canada, les signataires font état de leur «farouche opposition» à l’endroit de ce plan d’expansion du port de Québec qui risque de porter atteinte à l’intégrité du fleuve Saint-Laurent.

Le collectif égratigne la vidéo publicitaire de Laurentia qui «représente, par une ironie grinçante, tout ce que le développement de ce projet viendra détruire, tant par ses installations en eau profonde que par la circulation maritime et terrestre de ses 700 000 conteneurs annuels : destructions des habitats fauniques de plusieurs espèces naturelles, atteinte à la santé publique des citoyens de Québec, nuisance aux activités de plaisance et aux sports nautiques, engorgement du réseau routier, augmentation des gaz à effets de serre.»

Reprenant un extrait de la vidéo - «Québec, c’est là où le fleuve nous invite à s’arrêter, là où le fleuve est au coeur de nos vies, de notre quotidien – le groupe explique que «c’est précisément pour cette raison» qu’il s’oppose à un projet porté par «une entreprise de dépossession collective (qui vient) porter atteinte, de façon irrémédiable, à notre ville, notre fleuve, notre milieu de vie, ceci pour enrichir le Port de Québec et Hutchison Port, consortium étranger abrité fiscalement aux îles Vierges.»

Dans son plaidoyer, le collectif vient à la défense des paysages uniques de la capitale et de sa vieille ville, inscrite depuis 1985 au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

«Depuis le XIXe siècle, quantité d’artistes et d’écrivains, d’ici et d’ailleurs, célèbrent le fleuve et les vastes panoramas de Québec et continuent de s’en inspirer dans leurs œuvres. Québec est une capitale culturelle, où l’art, la littérature et l’histoire s’abreuvent au fleuve, à son paysage magnifique et spectaculaire.»

Parmi les signataires de la lettre, mentionnons les directeurs artistiques du Trident et de La Bordée, Anne-Marie Olivier et Michel Nadeau; l’historien Réjean Lemoine, les écrivains Pierre Morency et Erika Soucy et la députée Catherine Dorion.