Des Québécois cloués au Maroc: «Qui pouvait deviner que ça irait jusque là?»

Valérie Busque fait partie des Québécois coincés à l’étranger, elle se trouve au Maroc. Ne lui envoyez pas des «t’avais juste à ne pas partir», elle le sait. Elle assume, mais selon elle ça ne veut pas dire qu’elle ne peut pas obtenir de l’aide pour rentrer à la maison. 

«Qui aurait cru que ça se passerait ainsi? Qui pouvait deviner? Nous assumons. Je ne comprends pas pourquoi on devrait rester ici et ne pas rentrer au pays», confie-t-elle au Soleil par messagerie. 

La femme originaire de la Beauce est coincée au Maroc avec un groupe de 15 autres personnes, dont 11 résidents de Montréal. Depuis qu’ils parlent de leur mauvaise posture, ils reçoivent beaucoup de messages négatifs sur les réseaux sociaux.

Plusieurs personnes souhaitent les voir pris au Maroc longtemps.

Le groupe s’est envolé vers Casablanca le 10 mars. «Il n’y avait aucun avis concernant la fermeture des frontières à ce moment. Nous n’avons pas senti que ça pouvait poser problème parce qu’il n’y avait aucun cas au Maroc. Et tout était réservé depuis des mois, c’est un gros investissement. On ne pensait jamais que ça pouvait se rendre là, on se croyait vraiment en sécurité», indique Valérie Busque.

Comme bien d’autres, la nouvelle de fermeture des frontières a compliqué les choses. Ils avaient trouvé un vol de retour le 18 mas, au coût de 5300 $ chacun, mais il arrivait quelques jours trop tard. Air Canada a annulé le vol.

Le groupe de 16 personnes demeure dans un hôtel à Marrakech, le Wifi y est très faible et l’hôtel se situe loin des services essentiels comme l’épicerie et la pharmacie. 

«Deux de nos membres ont passé plusieurs heures à l’aéroport de Marrakech afin de trouver des vols et des solutions. Nous tentons de contacter des jets privés, mais les pilotes ont peur de ne pas être en mesure de revenir et d’avoir l’accord pour atterrir. Un de nos membres passe ses journées au téléphone, pour parler à tous ses contacts au parlement, mais pour le moment rien de positif ou de concret», écrit la Québécoise. 

Ils ont finalement pu enregistrer un vol de retour à la fin du mois de mars, mais rien ne confirme hors de tout doute qu’il pourra décoller à ce moment. Le groupe est toutefois en contact avec les Affaires étrangères et les ambassades.

«Tout est fermé à Marrakech ou presque… Les gens pleurent et leurs enfants leur manquent. Nous recevons beaucoup de messages de haine parce que nous partageons notre expérience. On a deux choix : être positif ou être négatif, on a choisi d’être positif, de grandir et d’inspirer les gens avec cette expérience de vie. J’en profite pour réfléchir.»

La situation au Maroc n’est pas encore alarmante, mais le nombre de cas augmente. Mercredi, 49 personnes étaient infectées par le coronavirus, et le pays compte deux décès. Plusieurs mesures ont été prises pour freiner la propagation, telles que la fermeture des mosquées et l’isolement social recommandé. 

+

LE BLOC VEUT RAPATRIER LES QUÉBÉCOIS PRIS À L'ÉTRANGER

Plusieurs pays continuent de fermer leurs frontières. Les consulats, les ambassades et Affaires mondiales Canada ne sont pas en mesure de répondre à toutes les demandes des voyageurs canadiens coincés dans un autre pays. 

«Je veux bien comprendre que les services consulaires soient débordés, mais le Canada ne peut pas abdiquer son devoir. Le ministre Champagne, [lundi] soir, a annoncé des mesures de soutien consulaire et financier pour les gens pris à l’étranger. Il doit maintenant livrer ce qu’il a promis», martèle Stéphane Bergeron, député de Montarville et porte-parole du Bloc Québécois en affaires étrangères.

Le Bloc Québécois a d’ailleurs suggéré 22 mesures pour aider ces citoyens confinés loin de la maison. 

Le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, a demandé aux membres de son caucus de déployer des efforts exceptionnels pour aider les Québécois coincés à l’étranger, pour qu’ils puissent rentrer à la maison.

«Des consulats et ambassades fermés, en pleine crise, ça n’a pas d’allure. L’augmentation du prix des billets et les annulations sommaires de vols ne sont pas acceptables non plus. Ottawa doit faire sa job! Mettez-vous à la place de ces gens-là», insiste-t-il dans un communiqué envoyé mardi. 

Une équipe multidisciplinaire mise en place par le Bloc répondra aux députés et guidera leurs démarches afin que chacun des bureaux de comtés puisse accélérer le retour des citoyens au Québec. Le groupe offre aussi de l’information afin de rassurer les Canadiens.

Le groupe de Valérie au Maroc