Howard Njoo, l'administrateur en chef adjoint de l'Agence de la santé publique du Canada.
Howard Njoo, l'administrateur en chef adjoint de l'Agence de la santé publique du Canada.

Des projections sombres de l'Agence de la santé publique

Lina Dib
La Presse Canadienne
OTTAWA — Le nombre de malades de la COVID-19 au pays continuera d'augmenter en flèche si les Canadiens maintiennent leurs contacts au niveau actuel.

Il faut à tout prix diminuer immédiatement le nombre de ces contacts. C'est la conclusion à laquelle arrivent les plus récentes projections calculées par l'Agence de la santé publique du Canada.

Dans les modèles élaborés par l'agence, une diminution de 25 % à 35 % des contacts entre Canadiens aurait raison de la courbe. Cependant, le maintien du nombre actuel de contacts serait presque aussi catastrophique que l'augmentation de ceux-ci.

«Le graphique qui tient compte de l'augmentation actuelle du nombre de cas quotidiens montre que si nous maintenons ou augmentons notre taux actuel de contacts avec d'autres personnes, l'épidémie devrait continuer de progresser rapidement», a expliqué l'administrateur en chef adjoint de l'agence, Howard Njoo, en présentant la modélisation.

«Pour infléchir la courbe épidémique et réduire les niveaux de transmission […], nous devons diminuer de 25 à 35 % notre taux actuel de contacts», a insisté Dr Njoo.

Les projections de l'agence, qui ne vont pas plus loin que le 17 octobre, prévoient que le pays atteindra à cette date entre 188 150 et 197 830 cas. Et il y aurait entre 9690 et 9800 décès.

Vendredi, le bilan en était à 175 556 cas confirmés de la COVID-19 depuis le début de la pandémie au Canada. Le nombre de décès était de 9557.