Le ministère provincial des Transports se dit ouvert à envisager une réduction de la zone de dégagement autour des bornes d’incendie.

Des pompiers imaginent une solution au manque de stationnement

VANCOUVER - Les pompiers de Vancouver, en Colombie-Britannique, proposent de réduire la zone réservée aux camions d’incendie devant les bornes-fontaines, afin d’augmenter le nombre de places de stationnement dans la ville.

Réduire l’espace interdit aux véhicules devant les bornes d’incendie permettrait de créer des centaines de places de stationnement dans les villes aux prises avec des problèmes de circulation, selon le chef pompier de Surrey.

Len Garis explique que son service des incendies a commencé à réviser la restriction du cinq mètres quand un ingénieur municipal a dit revoir la disponibilité des places de stationnement dans un quartier densément peuplé.

Une distance réglementaire devant les bornes-fontaines a été créée pour que les pompiers puissent les voir rapidement et puissent y accéder facilement.

La plupart des villes en Amérique du Nord restreignent le stationnement à une distance allant de trois à cinq mètres d’une borne d’incendie, selon M. Garis.

Au Canada, les lois varient selon les provinces et les municipalités. Alors que la Colombie-Britannique partage les mêmes règles que Montréal et Calgary, l’Ontario permet aux véhicules de se stationner à trois mètres d’une borne-fontaine.

À Québec, la distance est de 1,5 mètre. À Trois-Rivières, à Gatineau, à Saguenay et à Sherbrooke, celle-ci est de cinq mètres.

M. Garis est le coauteur d’une étude ayant utilisé un faux trottoir et une fausse borne d’incendie. Il conclut que les voitures stationnées étaient nuisibles seulement lorsqu’elles se trouvaient à deux mètres ou moins.

De plus, la distance n’a pas besoin d’être aussi longue qu’un camion d’incendie, puisque les pompiers stationnent souvent au milieu de la rue lors d’une intervention.

Certains critiquent toutefois l’idée, avertissant qu’augmenter le nombre de places de stationnement haussera aussi le nombre de véhicules sur les routes.

L’Association des chefs pompiers de la Colombie-Britannique, le Comité des ingénieurs régionaux du Vancouver métropolitain et le Comité régional des administrateurs souscrivent à la proposition.

Le ministère provincial des Transports se dit ouvert à envisager une réduction de la zone de dégagement autour des bornes d’incendie, mais que le syndicat des municipalités de la province est mieux placé pour considérer la suggestion.

Si la résolution est présentée lors du congrès du syndicat en septembre, il s’agira de la première proposition du genre, selon le porte-parole de l’organisation Paul Taylor.