Pamela Anderson en mai 2017, à Miami Beach, en Floride

Des Playmates Canadiennes en deuil de Hugh Hefner

Hugh Hefner était un personnage polarisant, perçu comme un moteur de la libération des moeurs par certains et comme un misogyne consommateur de femmes par d'autres.
Pour plusieurs Québécoises qui ont posé pour Playboy ou qui ont eu l'occasion de rencontrer le fondateur du magazine, Hugh Hefner était un gentleman, qui a mené une vie dont rêvent plusieurs hommes avant de s'éteindre, mercredi soir, à l'âge de 91 ans.
Anne-Krystel Goyer, qui a posé pour le magazine en 2009, estime que Hugh Hefner avait compris comment séduire les femmes, et que c'est ce qui explique pourquoi celles-ci n'ont jamais cessé de l'entourer.
«Pour se faire aimer d'autant de femmes, il faut que tu sois gentleman, élégant, avec de la classe, parce que les femmes aiment ça les hommes qui ont beaucoup de classe et qui savent se comporter en public envers une femme, qui la traitent bien. Je pense qu'un homme doit avoir ça pour conquérir le coeur d'une femme, et lui l'avait très bien, donc il pouvait conquérir le coeur de plusieurs femmes en même temps», dit-elle.
La Montréalaise, qui possède aujourd'hui sa propre compagnie de parfums, a eu l'occasion de rencontrer l'homme d'affaires au pyjama de soie à deux occasions, au Manoir Playboy. Elle n'a pu lui parler que quelques minutes, mais elle se souvient malgré tout de lui comme d'un homme «très gentil».
De son côté, Claudie Auclair, qui a fait la couverture du magazine en 2011, rêvait depuis l'âge de 16 ans de poser pour le magazine, qu'elle voyait comme une publication «mythique».
Mme Auclair ne s'est jamais sentie choquée par l'image de l'homme d'affaires, toujours vêtu d'un pyjama de soie et entouré de femmes beaucoup plus jeunes que lui.
«Ça fait partie du personnage. Playboy c'est Playboy, Hugh Hefner c'est Hugh Hefner. [...] Ça ne me dérange pas. J'ai vu des affaires bien pires que ça dans ma vie et tant que c'est fait dans le respect...», énonce l'ex-mannequin de 30 ans.
Misogynie ou émancipation?
Pour la productrice et femme d'affaires Anne-Marie Losique, il est clair que Hugh Hefner en a fait beaucoup pour la liberté d'expression et l'émancipation des femmes.
«J'ai beaucoup d'admiration pour ce qu'il a fait pour la société, surtout quand on se remet en contexte. Dans les années 1950-1960, on sortait du maccarthysme, c'était une société très puritaine, donc il a fait beaucoup pour l'évolution des moeurs, et je crois qu'on lui doit vraiment ça», a-t-elle tranché.
Claudie Leclair considère que les photos de Playboy ont toujours été faites avec classe, sans vulgarité, des qualités qui reflètent bien Hugh Hefner, selon elle.
Le personnage divise les opinions, tout de même, puisque s'il a en effet contribué à libérer les moeurs et à faire avancer les droits civiques, il a également participé à l'objectivation des femmes. Des femmes, presque toujours très blondes et très jeunes, qu'il consommait comme des produits jetables puisqu'il s'est déjà vanté d'avoir eu des relations sexuelles avec plus d'un millier d'entre elles.
«Malgré tout ce qu'on a pu lire de femmes qui se sont épanouies en posant pour Playboy, je veux bien, mais de façon globale non, je ne dirais pas qu'il a libéré les femmes. Il a participé à formater le corps des femmes», souligne Martine Delvaux, professeure et écrivaine, qui s'est intéressée aux filles des Playboy Clubs dans son essai Les filles en série.
Mme Delvaux ne remet pas en question le fait que Hugh Hefner ait été un homme cultivé et qu'il ait fait reluire la plume de grands écrivains dans son magazine. Elle ne porte pas de jugement, non plus, sur ces femmes qui ont souhaité poser pour Playboy. Elle espère toutefois que Hugh Hefner ne sera pas porté aux nues maintenant qu'il est décédé et qu'on conservera de lui une vision nuancée, celle d'un homme qui a fait avancer certaines choses, mais qui demeure malgré tout, selon elle, un misogyne.
***
Pamela Anderson émue aux larmes
Pamela Anderson, sans doute la Playmate canadienne la plus connue au monde, a appris avec tristesse la mort de Hugh Hefner. Sur son compte Instagram, elle a publié une vidéo en noir et blanc, la montrant en larmes, accompagnée d'une longue lettre à Hefner, dans laquelle elle lui dit que c'est grâce à lui qu'elle est qui elle est.
Elle lui dit également qu'il était la personne la plus importante pour elle à l'extérieur de sa famille, et qu'il lui a appris «tout ce qui est important sur la liberté et le respect». «Tu m'as donné ma vie... Les gens me disent tout le temps que j'étais ta favorite... Je suis sous le choc», écrit-elle.