Selon Régis Labeaume, il faut attendre la consultation publique prévue par la Ville avant de faire des changements.

Des parents demandent une sécurité accrue dans les zones scolaires

Des parents, ainsi que la direction de l’école primaire Saint-Malo, et des organismes communautaires ont interpellé le maire de Québec, lundi, lors du conseil municipal, pour des mesures réclamées depuis 2013 afin d’augmenter la sécurité routière près de l’école. Mais pour Régis Labeaume, il faut attendre la consultation publique sur la sécurité routière.

Située aux intersections de la rue Marie-de-l’Incarnation, la rue Raoul-Jobin, et la rue Lafayette, l’école primaire Saint-Malo est considérée comme dangereuse pour la sécurité des enfants lorsque ceux-ci s’y rendent à pied. 

«Les autos roulent très vite. On demande d’être priorisé en raison des risques», a expliqué Odile Côté-Rousseau, membre du comité de sécurité de l’école Saint-Malo. 

Le comité demande donc à la Ville d’installer entre autres des panneaux avancés de zone scolaire et de passage pour les écoliers; d’accentuer la visibilité du passage piétonnier avec un marquage au sol aux couleurs vives, en plus des lignes blanches; de limiter la vitesse à 30 km/h en tout temps pour toutes les rues bordant l’école; d’installer des panneaux clignotants lumineux indiquant la limite de vitesse permise; d’ajouter quelques secondes au temps du feu piéton qui est actuellement de 20 secondes, et d’instaurer des chemins d’écoliers.

Pas un cas isolé

Selon Régis Labeaume, Saint-Malo n’est pas la seule école avec cette problématique, mais il faut attendre la consultation publique sur la sécurité publique prévue par la Ville. 

«On veut faire de gros changements. Les zones scolaires ce n’est pas assez pour faire ralentir les gens. Il y a des parents qui sont délinquants dans les zones scolaires. C’est un chantier qui concerne tout le monde», a-t-il souligné.

Vous n’êtes pas les seuls, il y a d’autres parents qui sont inquiets ailleurs. On va travailler avec les brigadiers, mais je ne prendrai pas d’engagements ce soir, mais on va le faire pour toutes les écoles situées sur des artères dangereuses», a-t-il poursuivi. 

En Haute-Ville, l’école Anne-Hébert dans Montcalm a obtenu des changements comme la limite de la vitesse à 30 km/h pour améliorer la sécurité des enfants après plusieurs années de représentations auprès de la Ville. 

Le conseiller municipal en charge de la sécurité publique, Patrick Voyer s’est tout de même engagé à rencontrer les parents pour discuter de la situation.