Des noms de lieux coups de coeur au Québec

MATANE — Comme à chaque année à la Saint-Valentin, la Commission de toponymie fait connaître les noms de lieux québécois qui font battre son coeur. Parmi les douze qu'elle a retenus, neuf se trouvent dans la région de la Capitale-Nationale et dans l'Est-du-Québec.

Le commissaires ont eu un véritable coup de foudre pour «Le Pâtira», qui désigne un lieu-dit situé au sud-est de Montmagny, dans la région de la Chaudière-Appalaches. Le mot «pâtira» est un vestige des anciens parlers de France qui définit une «personne qui souffre». Pour souligner son coup de foudre, la Commission de toponymie remettra une plaque honorifique à l'administration municipale de Montmagny.

Dans la même région, les membres de la Commission ont choisi la «Côte à Balle», qui est le nom donné à un relief de Cap-Saint-Ignace. «Autrefois, durant l'hiver, on étendait dans cette côte abrupte une balle de foin pour empêcher ceux qui l'empruntent de glisser», peut-on lire dans le communiqué émis par l'organisme.

Dans la région de la Capitale-Nationale, trois toponymes ont été élus coups de coeur. L'«avenue des Catherine» est située à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. Son nom rappelle Catherine Nau de La Boissière et de Fossambault, dont la ville porte le nom et celui de la femme de Jacques Cartier, Catherine des Granches. Le «chemin du Camp-Boule» est au coeur du centre de ski Le Massif de Petite-Rivière-Saint-François. «Son nom fait référence à un ancien abri qui, lors d'averses de neige abondantes, pouvait prendre la forme d'une boule de neige». Le «parc des Dames-Augustines», au coin des rues du Gabare et Vézina à Québec, est lié à l'histoire de ce lieu qui appartenait anciennement aux Augustines de l'Hôtel-Dieu de Québec.

Le coup de coeur toponymique du Bas-Saint-Laurent est le «rang de la Canelle», situé à La Pocatière. «Autrefois, on pouvait y apercevoir des femmes qui filaient leur laine, qu'elles enroulaient sur des bobines appelées «cannelles»», est-il expliqué dans le communiqué. Le toponyme s'écrit cependant avec un seul «n».

Dans la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, deux toponymes ressortent du lot. L'«allée des Manigots», à Percé, conduit à la promenade de la Grave. Un «manigot» est un mot d'origine acadienne qui désigne une bande de tissu avec laquelle les pêcheurs recouvraient leurs paumes pour les protéger lors du maniement de leur ligne. Quant au «parc de la Grande-Envolée», en bordure de la route 132 à Carleton-sur-Mer, il «évoque la présence des bernaches qui trouvent refuge à proximité de cet espace vert».

Sur la Côte-Nord, la Commission de toponymie a exprimé une affection particulière pour le «lac Kauistus». Signifiant «il avait une grosse moustache» en langue innue, Kauistus était le sobriquet de Xavier Hervieux, dernier chef connu du territoire familial sur lequel se trouve ce lac et que fréquentait le personnage vers la fin des années 1800, début 1900.

Les coups de coeur et les coups de foudre de la Commission de toponymie consistent à souligner, depuis 2013, la richesse des noms de lieux du Québec.