Antonio Dion, 55 ans, qui a plusieurs antécédents de vol et de fraude, a plaidé coupable vendredi à l’accusation de menaces.

Des menaces formulées par amour pour Alexandre Bissonnette

Le «pasteur chrétien» Antonio Dion, arrêté en salle d’audience lors des représentations sur la peine d’Alexandre Bissonnette, a tenu des propos menaçants envers les musulmans pour démontrer son amour au meurtrier et tenter de le retrouver.

L’homme de 55 ans, qui a plusieurs antécédents de vol et de fraude, a plaidé coupable vendredi à l’accusation de menaces.

Le 25 avril, Antonio Dion se présente comme à l’habitude aux représentations sur la peine de Bissonnette. Un constable spécial lui demande pourquoi il affiche une mine sombre. 

Antonio Dion commence par regarder l’arme de service à la taille du constable. «Si je me trouve une arme, je vais faire exactement comme Alexandre, confie M. Dion. Comme ça je vais pouvoir me retrouver avec lui.»

Le quinquagénaire a raconté qu’il avait connu Alexandre Bissonnette en prison à l’automne 2017 et avait commencé à entretenir un sentiment amoureux à son endroit. «Je ne voulais pas faire de mal à personne, je voulais juste dire que je l’aimais», a insisté Antonio Dion, en pleurs.

Son avocate, Me Michelle Blouin, a précisé que son client s’était exprimé ainsi pour provoquer une rencontre en détention avec Bissonnette.

Antonio Dion a obtenu ce qu’il voulait puisqu’il a été arrêté dès la fin des représentations sur la peine et est détenu depuis.

La défense et la Couronne ont demandé la confection d’un rapport prédécisionnel avant l’étape de la détermination de la peine.

Le juge Steve Magnan a refusé de lever l’ordonnance qui interdit à Dion de communiquer avec Bissonnette en prison.