Actuellement, les employés à qui il sera recommandé de porter des masques en tissu sont ceux pour qui il n’est pas possible de conserver en tout temps la distanciation physique de deux mètres, dans les cuisines ou les bureaux, par exemple.
Actuellement, les employés à qui il sera recommandé de porter des masques en tissu sont ceux pour qui il n’est pas possible de conserver en tout temps la distanciation physique de deux mètres, dans les cuisines ou les bureaux, par exemple.

Des masques en tissu au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Le risque de pénurie de masques médicaux a forcé le CIUSSS de la Capitale-Nationale à se trouver un plan B: l’établissement a commandé quelque 11 000 masques en tissu, qu’il distribuera à son personnel «dans les aires de travail où il n’est pas possible de conserver en tout temps la distanciation physique de deux mètres».

«Quand on a commencé à regarder pour les masques en tissu – ça fait à peu près deux semaines et demie - on était à risque d’être en pénurie réelle de masques de procédure dans la région de Québec, et comme on a énormément d’installations au CIUSSS de la Capitale-Nationale […], on voulait s’assurer d’avoir accès à une alternative», explique en entrevue Karine Boissonneault, infirmière clinicienne en prévention et en contrôle des infections. 

Mme Boissonneault précise que le CHU de Sainte-Justine avait déjà fait des recherches sur les masques en tissu et qu’il en avait même commandé pour son personnel administratif ou ses employés qui ne sont pas en contact avec des usagers. «On sait que ces masques-là ne sont pas homologués par Santé Canada, mais ils offrent une protection contre les gouttelettes», dit l’infirmière clinicienne, précisant que le CIUSSS ne veut pas que ces masques soient utilisés dans les unités de soins (pour le moment), «et encore moins dans les unités où il y a des cas de COVID-19». 

«On n’est pas en pénurie de masques de procédure actuellement, mais si on le devenait, ce qui est recommandé [par la santé publique], c’est de porter uniquement une visière pour travailler en contact avec les usagers. En cas de pénurie réelle, nous, on recommanderait le port du masque en tissu en plus de la visière en tout temps pour les employés qui travaillent dans les unités de soins», indique encore Mme Boissonneault.

S’il y avait pénurie réelle, les masques de procédure jetables seraient réservés aux unités où on trouve des cas de COVID-19, précise-t-elle.

Actuellement, donc, les employés à qui il sera recommandé de porter des masques en tissu sont ceux pour qui il n’est pas possible de conserver en tout temps la distanciation physique de deux mètres, dans les cuisines ou les bureaux, par exemple. «Quand les deux personnes portent un masque, on considère que le risque de contamination est faible», explique Karine Boissonneault.

Les masques en tissu ont été commandés à une coopérative de couturières créée à Montréal, mais ayant aussi des antennes à Québec (Coop Couturières Pop). Ils sont fabriqués avec le même tissu que les uniformes de travail des employés, précise Mme Boissonneault. Les membres du personnel du CIUSSS qui porteront ces masques seront responsables de leur entretien, «au même titre que de celui de leur uniforme ou vêtements de travail réguliers».

Puisque le masque en tissu doit être remplacé après quatre heures d’usage, le CIUSSS en fournira six à chacun des employés concernés, précise l’établissement.