À l’origine, la Ville de Québec avait prévu l’emplacement du centre d’entretien et d’exploitation secondaire du tramway sur les terrains d’Hydro-Québec sur la 41e rue, entre la 1re avenue et la 4e avenue (photo).
À l’origine, la Ville de Québec avait prévu l’emplacement du centre d’entretien et d’exploitation secondaire du tramway sur les terrains d’Hydro-Québec sur la 41e rue, entre la 1re avenue et la 4e avenue (photo).

Des habitations remplaceront les pylônes sur la 41e rue [VIDÉO]

Les résidents de Lairet peuvent se réjouir. La Ville abandonne la construction d’un centre d’entretien et d’exploitation secondaire du tramway dans l’axe de la 41e rue. La volonté municipale est maintenant d’y développer un ensemble immobilier incluant du logement social entre le boulevard Henri-Bourassa et l’avenue Duval.

Le Bureau de projet du Réseau structurant de transport en commun (RSTC) en a fait l’annonce jeudi lors de la présentation de l’insertion du tramway sur la 1re Avenue. Son directeur, Daniel Genest, explique que le concept a évolué depuis la première annonce de 2018 et que des impératifs budgétaires ont aussi guidé la décision d’abandonner la construction d’un second bâtiment d’entretien.

«C’est normal qu’on se questionne sur la notion d’avoir [ou pas] un centre d’exploitation secondaire. À l’époque, ça nous semblait plus critique pour l’exploitation du réseau. On a fait l’analyse du coût-bénéfice. Et on en est venu à la conclusion qu’on peut arriver à la même qualité de service avec un seul centre. Mon rôle est de trouver l’équilibre entre la portée [le déploiement du réseau], les coûts et la qualité du projet. Ça représentait une économie importante.»

Le directeur ajoute que le gabarit du centre principal d’exploitation et d’entretien de la rue Mendel dans le secteur Chaudière devra être augmenté pour répondre aux besoins d’entretien. Il a refusé de chiffrer l’économie réalisée avec l’abandon de la construction du centre de la 41e rue parce que le Bureau de projet est en phase d’appel de qualification auprès de fournisseurs.

Plus tard, le maire de Québec a avoué que «si on avait plus d’argent on l’aurait construit», se montrant ainsi à l’aise avec le choix du Bureau de projet.

Du logement

Maintenant ce chapitre clos, l’administration municipale se concentre sur l’acquisition des terrains d’Hydro-Québec où des pylônes se dressaient autrefois.

«Il faut l’acheter. On veut mettre la main là-dessus. Cette friche est importante. C’est en plein milieu de la Ville, a lancé Régis Labeaume, à propos de la bande de terre qui s’étend du boulevard Henri-Bourassa à l’avenue Duval. C’est une méchante barrière. Il faut connecter Saint-Rodrigue à Lairet», insiste-t-il. 

En septembre, la Ville entamera un processus de vision de la 41e rue. «Il n’y aura pas que du logement social. Ça va être le temps de réfléchir, une occasion de développer ce secteur comme on le souhaite», poursuit le maire.

Bisbille

À l’origine, la Ville de Québec avait prévu l’emplacement du centre sur les terrains d’Hydro-Québec sur la 41e rue, entre la 1re avenue et la 4e avenue. Or ce secteur est déjà résidentiel et commercial. Le Conseil de quartier de Lairet s’était opposé au projet et avait demandé à la Ville de revoir ses plans. 

Avant son abandon définitif annoncé jeudi, une seconde mouture du projet plaçait le centre à proximité des bretelles des autoroutes de la Capitale et Laurentienne.