Le Soleil

Des antidépresseurs ou anxiolytiques durant la grossesse tripleraient les risques de pré-éclampsie

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Rester déprimée ou tripler son risque de pré-éclampsie, qui est une complication de la grossesse ? C’est le choix difficile auquel pourraient être confrontées nombre de futures mamans, selon une étude de l’Université Laval qui a trouvé que la prise de médicament contre la dépression ou l’anxiété triple le risque de pré-éclampsie.