De Janine Sutto à Jean Lapointe, en passant par les Michèle Richard, Yves Jacques et Michel Louvain, plusieurs membres de la colonie artistique ont tenu à témoigner de l'amour et de l'admiration qu'ils portaient à celui que plusieurs reconnaissaient comme «le dernier grand du burlesque au Québec».

Dernier hommage à Gilles Latulippe

Les proches de Gilles Latulippe ainsi que ses collègues du monde du spectacle se sont rendus à l'hôtel de ville de Montréal, vendredi après-midi, où un dernier hommage lui a été rendu.
<p>Jean Lapointe </p>
<p>Michel Louvain et Roger Sylvain discutent avant le service.</p>
De Janine Sutto à Jean Lapointe, en passant par les Michèle Richard, Yves Jacques et Michel Louvain, plusieurs membres de la colonie artistique ont tenu à témoigner de l'amour et de l'admiration qu'ils portaient à celui que plusieurs reconnaissaient comme «le dernier grand du burlesque au Québec».
Le corps de l'acteur et humoriste a été exposé en chapelle ardente dans le hall de l'hôtel de ville. En fin d'après-midi vendredi, une cérémonie privée en son honneur, réservée à la famille et aux artistes, a eu lieu, animée par Stéphan Bureau, qui a vanté son «talent rare» et son «don de faire briller celui des autres».
Gilles Latulippe est décédé le 23 septembre à l'âge de 77 ans. Le Centre universitaire de santé McGill a précisé qu'il était mort d'un cancer du poumon pour lequel il était soigné depuis quelques années, dans une grande discrétion. Il avait été admis le 22 août dernier à l'hôpital pour soigner une pneumonie.
Il y a quelques mois à peine, le Festival Juste pour rire lui avait rendu hommage pour ses 55 ans de carrière, en sa présence. Il était aussi en vedette encore récemment à son théâtre d'été, à Drummondville, dans une pièce bien de son cru, Salut Cocu, mais il avait dû écourter la saison à cause de sa pneumonie.
La carrière de Gilles Latulippe a été marquée par de nombreux succès au théâtre, mais aussi à la télévision, où les personnages de Symphorien, de Théo Théoret (Les Brillant) et de Hector Potvin (Poivre et sel), entre autres, ont marqué l'imaginaire. En parallèle, il a dirigé pendant 33 ans «son» Théâtre des Variétés.