Selon Anne Duret du programme jeunesse du Bas-Saint-Laurent, le dépistage précoce se fait déjà dans la région.

Dépistage précoce: rien de nouveau pour la directrice du programme jeunesse du Bas-Saint-Laurent

RIMOUSKI – La directrice du programme jeunesse du Bas-Saint-Laurent accueille favorablement le plan de dépistage précoce des troubles du développement des tout-petits que prépare le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant. Mais, pour Anne Duret, ce n'est rien de nouveau puisque le dépistage précoce se fait déjà dans la région.

Mme Duret considère que «c'est dans l'ordre normal des choses» puisque plus tôt on intervient et plus tôt on peut prévenir les difficultés ou les troubles du développement chez les enfants de 0 à 5 ans. «Les actions de dépistage sont déjà présentes dans plusieurs des organisations jeunesse du Bas-Saint-Laurent, précise-t-elle. Je parle des maisons de la famille, des centres de la petite enfance, du centre intégré. Ça fait déjà partie de nos actions. On travaille très fort pour assurer un développement optimal des enfants de la région et aussi pour une entrée scolaire réussie, en collaboration avec les réseaux jeunesse et famille.»

La directrice du programme jeunesse demeure tout de même ouverte au plan promis par le Ministre. «Nous aurons davantage d'information, j'imagine, dans les prochaines semaines ou dans les prochains mois sur ce que vise vraiment comme objectif le nouveau ministre et ce qu'il souhaite qu'on mette en place», indique-t-elle.