Robert Doré était directeur général de Saint-Augustin-de-Desmaures depuis 2014.

Départ précipité du directeur général de Saint-Augustin

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, Sylvain Juneau, a annoncé mardi matin le départ précipité «d’un commun accord» du directeur général de la municipalité depuis 2014, Robert Doré.

«On modifie l’organigramme en changeant la tête», a déclaré le maire devant quelques journalistes, en l’absence du principal intéressé. La décision a été entérinée lundi soir au cours d’une séance extraordinaire du conseil municipal qui n’a pas été annoncée publiquement.

«C’est le conseil qui a dit: “On a besoin de sang neuf”», a expliqué M. Juneau. «J’ai proposé [l’entente de fin d’emploi] et j’ai voté en faveur.»

«Il a fait une bonne job, maintenant on veut quelqu’un d’autre», tranche-t-il. «Il y avait quelqu’un qui était nécessaire en temps de crise et, là, la crise est finie. […] Ce que le conseil désirait, c’est une philosophie de gestion différente.»

Questionné sur ce qu’est cette «philosophie» qui ne cadrait plus, M. Juneau a toutefois été incapable de donner des exemples concrets. 

Le maire assure que les parties sont en bons termes. Et qu’aucun cadavre ne surgira du placard dans le futur pour expliquer à rebours le divorce. Il semble que la Ville voulait changer de style et que son directeur général n’était plus «heureux» en ménage.

Négociations rapides

Joint sur son cellulaire, Robert Doré convient que le dossier s’est réglé rapidement. Les négociations avec le maire au sujet de son départ ont duré quelques jours, l’entente a été signée dimanche et le conseil a scellé le dossier lundi. L’ex-directeur général ne juge cependant pas que la démarche est «précipitée». Il note toute de même que les deux hommes «voulaient procéder rapidement», avant même la prochaine réunion publique du conseil municipal inscrite à l’agenda le 22 mai.

M. Doré indique qu’il est normal que l’élection de nouveaux conseillers insuffle une «nouvelle philosophie» à la mairie.

Il se félicite d’avoir «redressé la situation» à Saint-Augustin-de-Desmaures, d’avoir amélioré les finances, d’avoir restructuré les ressources humaines… Et pense que ses compétences pourraient être appréciées ailleurs: «Je peux être encore utile dans beaucoup de villes au Québec».

Avez-vous déjà un emploi en poche? «Je ne peux pas en parler. J’ai déjà commencé à faire savoir que je suis rendu agent libre!» Le vétéran espère être mis sous contrat rapidement.

L’identité du directeur général par intérim n’a pas été dévoilée mardi. Sylvain Juneau souhaite nommer quelqu’un dès la prochaine rencontre du conseil municipal, mardi.

Embauché en 2014, M. Doré touchera une indemnité de quelque 81 000 $, soit environ quatre mois de rémunération, pour rompre son contrat de travail. En ajoutant les vacances, journées de maladie et autres congés accumulés, l’ancien directeur général recevra un chèque de 171 664,22 $. Le maire soutient que c’est une aubaine; le contrat du dg lui aurait permis de réclamer plus, selon le magistrat.