La première vague de demandeurs d'asile avait été dirigée vers le Stade olympique de Montréal, où quelques centaines d'entre eux sont établis temporairement.

Demandeurs d'asile: davantage de centres d'hébergement envisagés

Montréal pourrait ouvrir d'autres centres d'hébergement pour accueillir les demandeurs du statut de réfugié qui affluent à la frontière canado-américaine, a indiqué le vice-président du conseil exécutif de la métropole.
«Il y a une demande d'ouvrir d'autres lieux actuellement, mais on ne peut pas vous confirmer à ce stade-ci quel est ce lieu, quelle est sa capacité, et où se trouve ce lieu», a déclaré Harout Chitilian, qui faisait le point sur la situation lundi, en fin d'après-midi.
M. Chitilian venait de visiter l'édifice des S?urs de la providence, dans le quartier Ahunstic-Cartierville, qui héberge depuis dimanche des nouveaux arrivants. L'élu montréalais n'a pas pu révéler le nombre exact de personnes hébergées dans cette nouvelle unité, qui a une capacité d'environ 300 places.
La première vague de demandeurs d'asile avait été dirigée vers le Stade olympique de Montréal, où quelque 700 d'entre eux sont établis temporairement.
Selon les derniers chiffres du gouvernement du Québec, 2388 migrants qui attendent le traitement de leur dossier sont hébergés en ce moment à Montréal.
Des demandeurs d'asile majoritairement d'origine haïtienne arrivent en masse au Canada depuis quelques semaines: selon les estimations du Syndicat des douanes et de l'immigration, de 450 à 700 personnes franchissent la frontière chaque semaine. L'administration américaine de Donald Trump envisagerait d'abroger le visa de protection temporaire de milliers d'Haïtiens qui avaient quitté leur pays après le tremblement de terre catastrophique de 2010.
Un long processus
Les migrants arrivés au Canada sont hébergés temporairement en attendant que leur demande d'asile soit étudiée par les autorités. C'est un processus long, qui peut prendre parfois des mois, mais M. Chitilian a assuré que toutes les autorités impliquées «mettaient toutes les ressources nécessaires» pour faire face à cette «situation exceptionnelle».
«Ces gens-là vont passer à travers le traitement de leur demande, mais entre-temps, il y a une volonté de leur trouver des espaces d'accueil plus propices, également de type temporaire, pendant que leur (demande) est en train d'être traitée», a-t-il ajouté en entrevue.
La ministre de l'Immigration du Québec, Kathleen Weil, a indiqué par communiqué que le gouvernement avait augmenté son soutien aux organismes communautaires afin que les migrants aient accès plus rapidement à un logement permanent.
Mme Weil s'est d'ailleurs réjouie que le gouvernement fédéral ait ajouté des ressources pour traiter les demandes.
Le Centre d'étude et de coopération internationale (CECI) a encouragé les Québécois et les Montréalais à faire des dons à la Maison d'Haïti pour aider ces nouveaux arrivants dans leur transition.
«Les demandeurs d'asile doivent rapidement trouver un logement et s'équiper. Pour une famille avec des enfants, ça prend une bonne installation. Surtout si la situation précaire perdure», a affirmé dans un communiqué Marjorie Villefranche, directrice de la Maison d'Haïti.