L’ex-premier ministre Stephen Harper a vécu deux mandats minoritaires consécutifs avant d’obtenir une majorité de sièges.

De retour aux urnes plus tôt que tard

L’élection d’un gouvernement libéral minoritaire est signe d’une chose pour les électeurs canadiens… Un retour aux urnes plus tôt que tard.

Pour la sixième fois depuis 1972, le gouvernement à la Chambre des communes sera minoritaire, et si on se fie à la durée de vie moyenne des anciennes législations, ce mandat ne devrait pas durer plus de deux ans.

Il s’agit d’un premier mandat minoritaire depuis 2008. À l’époque, Stephen Harper remportait une deuxième élection d’affilée. En fait, l’ex-premier ministre du Canada a vécu deux mandats minoritaires consécutifs.

Il avait d’abord battu Paul Martin en 2006 avant de voir les Canadiens lui offrir un second mandat deux ans plus tard. Ce n’est qu’en 2011 que Stephen Harper obtiendra une majorité de sièges.

Avant lui, Paul Martin aussi a dû vivre avec la réalité d’un gouvernement minoritaire en succédant à Jean Chrétien. M. Martin a été premier ministre de 2004 à 2006. 

Ce fut une époque plutôt particulière de voir trois gouvernements minoritaires d’affilée : avant cela, il a fallu remonter à 1979 pour en vivre un.

À l’époque, le progressiste-conservateur Joe Clark avait mis un terme au règne du libéral Pierre Eliott Trudeau, en poste depuis 1968. Par contre, Joe Clark n’occupera les fonctions de premier ministre que durant huit mois avant de voir Trudeau reprendre le pouvoir, et ce quelques mois seulement avant le référendum de 1980 au Québec. 

Deux partis, deux réalités 

Le vieil adage qui dit : «Jamais deux sans trois» est passé près d’arriver. Si Andrew Scheer avait été élu, il serait devenu le troisième chef conservateur à faire son entrée au pouvoir avec un gouvernement minoritaire. Seul Brian Mulroney y a échappé parmi les premiers ministres conservateurs depuis 1970.

Alors que du côté de Justin Trudeau, on peut dire tel père tel fils. Non seulement, est-il devenu premier ministre comme son père, mais il l’a fait en empruntant un chemin très similaire. Tout comme son paternel, Justin Trudeau est rentré par la grande porte avec un mandat majoritaire, pour ensuite devenir minoritaire au second mandat. Parviendra-t-il à regagner une majorité? Seul l’avenir nous le dira. 

Les grandes réalisations sont plus limitées lorsqu’un gouvernement n’a pas la majorité des sièges. Ce sera donc un défi pour le gouvernement libéral ou conservateur de réussir à travailler en coalition avec les partis d’opposition. Si cela n’arrive pas, ne soyez pas étonnés de retourner aux urnes plus rapidement que prévu.