De plus en plus d'aînées seules à Québec

De plus en plus de femmes âgées vivent seules dans la région de Québec, selon des données qui ont été présentées, mercredi, à Québec, à un forum organisé par l'Institut sur le vieillissement et la participation sociale des aînés de l'Université Laval.
En 2011, il y avait 22 300 femmes âgées de 65 ans et plus qui vivaient seules et 7790 hommes dans la même situation dans la ville de Québec. Chez les 75 ans et plus, 56 % des femmes vivaient seules, et 24 % des hommes.
Ce phénomène, qui s'accentue année après année, est présent dans tous les secteurs de la ville. C'est dans l'arrondissement de La Cité-Limoilou où il y a le plus de femmes aînées vivant seules, soit 7065. Vient par la suite l'arrondissement de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge avec une population de 5245 femmes âgées de 65 ans et plus vivant seules. 
Par ailleurs, il ressort de cela qu'une bonne proportion des personnes âgées vivant seules s'installent dans les quartiers centraux ou les anciens centres-villes des petites municipalités afin d'avoir accès plus facilement à des services de proximité (alimentation, clinique médicale).
«Cela a un impact sur le coût du logement. Ça crée une pression à la hausse sur les prix. En plus, le faible taux d'inoccupation fait qu'il n'y a presque pas de choix, de logements disponibles», a commenté une des organisatrices du forum, Andrée Sévigny.
Une des solutions pour éviter un déplacement serait d'adapter les logements actuels où vivent les aînés. On pense à des maisons intergénérationnelles ou à l'aménagement d'un logement supplémentaire dans une maison unifamiliale. Ces changements exigent souvent des débours importants. 
Chez les 85 ans et plus, le coût du logement peut accaparer 40 % de leurs revenus.