La ministre responsable du Travail, Dominique Vien, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et le propriétaire de la Davie, Alex Vicefield, ont rencontré la presse lundi matin.

Davie: «La mascarade a assez duré», dénonce Lehouillier

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et la ministre responsable du Travail, Dominique Vien, demandent au gouvernement fédéral «de corriger l’injustice commise en 2011» alors que Chantier Davie avait été ignoré dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale. «La mascarade a assez duré».

«On demande de donner les contrats opérationnels intérimaires à Davie. C’est urgent!» indique M. Lehouillier, en point de presse, rappelant que l’entreprise lévisienne cédera prochainement la barre de l’Asterix à la Marine royale canadienne. Un navire construit «dans les temps et dans les coûts», poursuit le maire.

D’ailleurs, il s’agit du premier grand navire militaire de ravitaillement construit au Canada depuis plus de 20 ans.

Le maire de Lévis rappelle que les chantiers Irving et Seaspan n’ont pas respecté leurs engagements lors de l’octroi des contrats en 2011. Ces chantiers avaient souligné qu’aucune aide financière du gouvernement fédéral n’était nécessaire.

«Environ 88 millions $ ont été versés au chantier de Vancouver», déplore M. Lehouillier, qui demande au fédéral d’arrêter cette «mascarade». 

La semaine dernière, face à l’incertitude, Chantier Davie a procédé au licenciement de 113 travailleurs. Une cinquantaine d’employés contractuels ont également été remerciés. Au cours des prochains jours, 350 autres personnes devraient se retrouver sur le chômage.

Au cours des dernières semaines, le maire de Québec, Régis Labeaume, avait demandé également au gouvernement fédéral de soutenir le chantier de Lévis afin qu’il obtienne sa juste part des contrats dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale.

Plus de détails à venir…