Le Soleil
Beaucoup de «vrais» détritus sont déchargés par les camion, mais aussi des piles, des pots de peinture, des pneus et autres rejets qui contribuent à la pollution recrachée par les cheminées.
Beaucoup de «vrais» détritus sont déchargés par les camion, mais aussi des piles, des pots de peinture, des pneus et autres rejets qui contribuent à la pollution recrachée par les cheminées.

Dans le ventre de l'incinérateur

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Mal-aimé, l’incinérateur à déchets de la Ville de Québec détourne des dizaines de milliers de tonnes de détritus de l’enfouissement chaque année, plaident ses défenseurs. Au risque de nuire à la santé des citoyens en polluant l’air, déplorent ses détracteurs. Sensibles aux critiques, les élus de la communauté métropolitaine avaient d’ailleurs signé son arrêt de mort pour 2024… avant de se raviser, d’en reprendre le contrôle et d’injecter des millions de dollars publics pour le moderniser. Mais au-delà de la controverse politico-environnementale, savez-vous ce que cachent les murs du gros cube surmonté de quatre cheminées du boulevard Montmorency? Visite guidée en cinq stations.