«Quand on a été le fondateur du Bloc, qu'on sait ce que le Bloc a réussi à faire, avec ses réussites, avec ses échecs, et qu'on regarde ce qui se passe présentement, on est très découragé», a lancé Lucien Bouchard, vendredi, en marge d'une conférence de presse de la Fédération des médecins spécialistes.

Crise au Bloc québécois: Lucien Bouchard «très découragé»

MONTRÉAL — L'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, fondateur du Bloc québécois, se dit «très découragé» de voir ce qui se passe présentement au Bloc.

M. Bouchard, qui s'était abstenu jusqu'ici de commenter la crise vécue par le Bloc québécois, a brièvement accepté de commenter la situation, jeudi, lorsque La Presse canadienne l'a interrogé à ce sujet, à l'issue de la conférence de presse de la Fédération des médecins spécialistes, à laquelle il participait à titre de conseiller spécial de la FMSQ pour ce dossier.

Il s'est d'abord fait hésitant, avant de se laisser tenter, lui qui a fondé ce parti aujourd'hui en crise: «d'accord, je vais en faire un commentaire, un», a-t-il lancé.

«Quand on a été le fondateur du Bloc, qu'on sait ce que le Bloc a réussi à faire, avec ses réussites, avec ses échecs, et qu'on regarde ce qui se passe présentement, on est très découragé», a-t-il lancé.

Quand La Presse canadienne lui a demandé s'il était «découragé» du Bloc québécois ou découragé de voir ce qui se dit du Bloc québécois dans les médias ou découragé de voir ce que certaines personnes ont fait au Bloc québécois, il a renvoyé la balle: «interprétez» (mes propos).

Lucien Bouchard avait fondé le Bloc québécois en 1991 avec d'autres députés fédéraux du Québec — des conservateurs comme lui, qui était auparavant ministre dans le gouvernement de Brian Mulroney, et des libéraux du PLC — tous déçus et ébranlés après l'échec de l'Accord du lac Meech.

Sous la gouverne de Lucien Bouchard, le Bloc québécois a connu ses plus belles années, ayant fait élire 54 députés à la Chambre des communes en octobre 1993 et formant même l'opposition officielle à Ottawa.

Plus tôt ce mois-ci, un autre ancien chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, avait aussi soutenu que l'actuelle chef du Bloc, Martine Ouellet, devrait partir, puisqu'elle n'avait plus l'appui d'un nombre important des députés du parti.

Sept députés ont quitté le caucus du Bloc québécois, en critiquant le leadership de Mme Ouellet.