La zone rouge équivaut à de multiples fermetures de commerces où les gens se rassemblent comme les bars et les salles à manger des restaurants.
La zone rouge équivaut à de multiples fermetures de commerces où les gens se rassemblent comme les bars et les salles à manger des restaurants.

Zone rouge: Legault demande 28 jours de courage

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Québec et Chaudière-Appalaches passeront en alerte maximale de la COVID-19 dans la nuit de mercredi à jeudi. La Communauté métropolitaine de Montréal aussi. Ce qui signifie plein de nouvelles restrictions pour 28 jours. Minimum.

«Courage, tout le monde!» a lancé le premier ministre François Legault, lundi, lors de son point de presse très attendu en fin de journée.

Les visites à la maison deviennent interdites. Sauf en cas de réel besoin, comme pour un aidant naturel, une gardienne d’enfants ou un plombier.

La zone rouge équivaut à de multiples fermetures de commerces où les gens se rassemblent : bars, casinos, salles à manger des restaurants, salles de spectacles, cinémas, salles de réception, musées, bibliothèques.

Les rassemblements extérieurs devront obligatoirement respecter la règle des 2 mètres de distance entre toutes les personnes. Les participants à une manifestation devront dorénavant porter un masque.

Tout le Québec au moins en jaune

Sans compter que les déplacements des résidents d’une zone rouge vers une autre région sont «fortement» déconseillés.

M. Legault était accompagné de son ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, lors de cette conférence de presse tenue à Montréal.

La région de Québec regroupe l’agglomération de Québec, donc aussi Saint-Augustin-de-Desmaures, L’Ancienne-Lorette et Wendake, tout comme la Côte-de-Beaupré, l’Île-d’Orléans et la MRC de la Jacques-Cartier. Portneuf et Charlevoix grimpent aussi d’un palier, passant en orange, soit alerte modérée.

En fait, plus aucune région du Québec n’est en vert, un simple état de vigilance. Tout le monde est maintenant au moins en jaune, c’est-à-dire en préalerte.

Ces nouvelles restrictions s’appliqueront à compter de minuit dans la nuit de mercredi à jeudi et seront en place pour au moins quatre semaines, donc du 1er au 28 octobre. M. Legault parle des 54 heures entre l’annonce et l’entrée en vigueur des mesures plus restrictives comme d’un «délai raisonnable», surtout pour les entrepreneurs qui doivent fermer boutique.

«Rien de garanti»

«Je pense que c’est possible de changer la tendance, mais il n’y a rien de garanti. Ça va dépendre des Québécois. Ce n’est pas juste l’affaire du gouvernement, c’est l’affaire de chaque personne. On est tous dans le même bateau et si on veut arriver à bon port, on doit tous travailler dans le même sens», a souligné le premier ministre du Québec

«Faut faire un effort pour les 28 prochains jours. Moi, je suis convaincu qu’on est capable d’y arriver, parce que c’est comme ça qu’on veut vivre au Québec. Courage tout le monde!» a résumé M. Legault, disant faire cette annonce «le coeur gros».

Quant aux régions qui ne sont pas encore en rouge, «ce n’est pas nécessaire d’attendre d’être au rouge pour limiter les contacts», ajoute-t-il. «Je ne peux pas être plus clair quand je dis qu’on est inquiet.»

Rappelons que pour une cinquième journée d’affilée, plus de 100 nouveaux cas de COVID-19 ont été dépistés dimanche dans l’ensemble de la Capitale-Nationale. La région de 750 000 habitants compte en moyenne 110 nouveaux cas par jour depuis une semaine. Dans Chaudière-Appalaches (430 000 habitants), on dénombre une moyenne de 41 nouveaux cas quotidiens depuis une semaine et à Montréal (2 millions d’habitants), 237.

«Un gros coup de barre»

Pour justifier ces nouvelles fermetures, le Dr Arruda reconnaît qu’«on est tellement plus capable d’être en contrôle de la situation, qu’on change l’environnement social pour éviter le maximum de socialisation. Ça nous fait très mal au coeur, on n’aurait pas voulu en arriver à ça. On a voulu faire comme si la COVID-19 n’était plus là, mais elle est là. Au lieu de tout, tout reconfiner, c’est un gros coup de barre qui est donné pendant 28 jours. Avec des sacrifices qui sont faits par certains».

«Tout est une question d’équilibre», renchérit M. Legault. «Là, on va un petit peu plus loin. J’espère qu’on va être capable de reculer, un moment donné, et de rouvrir, entre autres les bars et les restaurants. Mais il faut y aller de façon graduelle et avoir un équilibre. C’est certain qu’un jour, on espère être capable de revenir à une vie normale», souligne le premier ministre.

Il insiste sur le fait que l’objectif de son gouvernement «est d’abord de protéger les écoles. Environ 1 % des enfants ont leur classe fermée en ce moment, mais 99 % peuvent continuer et il faut que ça reste comme ça. [...] Oui, il y a un risque. Mais c’est un risque calculé».

Même en zone rouge, les lieux de culte demeurent ouverts pour un maximum de 25 personnes en même temps.

À quand les mesures de soutien?

En après-midi, le chef du gouvernement et de la Coalition avenir Québec avait tenu une conférence téléphonique avec les chefs des trois autres partis représentés à l’Assemblée nationale. Tout le monde a offert sa collaboration.

Co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé a néanmoins souligné par communiqué, en début de soirée, que «les mesures de soutien aux secteurs touchés auraient dû être prêtes et annoncées dès ce soir. [...] Les travailleuses et les artisans de la restauration, des bars et du milieu culturel vont passer une nuit blanche à se demander ce qui les attend demain. Les travailleuses et travailleurs sont les grands absents des annonces de ce soir».