Une nouvelle prestation financière du gouvernement fédéral disponible [VIDÉO]

Lee Berthiaume
La Presse Canadienne
OTTAWA — Les Canadiens contraints de s'absenter du travail à cause de la COVID-19 peuvent commencer à demander une aide financière du gouvernement fédéral dès aujourd'hui.

Cette aide survient à un moment de préoccupations croissantes concernant les nouvelles restrictions et les pertes d'emplois alors que les gouvernements tentent de maîtriser le nombre de nouveaux cas et d'éviter que les systèmes de santé ne soient submergés.

Ces prestations arrivent également dans la foulée d'une lutte politique acharnée à Ottawa qui a vu tous les partis soutenir la série de nouveaux avantages de plusieurs milliards de dollars proposés par le Parti libéral malgré les réserves quant à la façon dont le gouvernement s'est précipité pour faire adopter ces mesures au Parlement.

«Il est essentiel que les Canadiens aient accès à un soutien du revenu qui reflète les effets de la pandémie sur leur emploi», a déclaré dimanche la ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier.

La nouvelle prestation pour aidants naturels répond à de nombreux appels depuis le début de la pandémie pour plus de soutien aux parents et aux autres personnes forcées de s'absenter du travail pour s'occuper d'une personne à charge en raison de la COVID-19.

Les femmes ont subi un impact disproportionné sur leur carrière et leurs revenus en raison de la pandémie, car beaucoup d'entre elles supportent une grande partie du fardeau relatif à la garde d'enfants et à l'enseignement à domicile.

Les ménages canadiens pourront demander 500 $ par semaine, pendant 26 semaines, lorsqu'une personne s'absente du travail parce qu'elle doit s'occuper d'un enfant en raison de la maladie.

Cela inclut les enfants dont les écoles ou les garderies sont fermées en raison de la COVID-19, et les enfants qui sont contraints de manquer l'école ou la garderie parce qu'ils ont contracté le virus ou ont pu être exposés.

La prestation, que les Canadiens peuvent demander à l'Agence du revenu du Canada, s'applique également aux personnes forcées de s'absenter du travail pour s'occuper de membres de leur famille dont les soins spécialisés ne sont pas disponibles en raison de la COVID-19.

Le gouvernement fédéral prévoit que 700 000 Canadiens demanderont la prestation pour aidants naturels.

Les Canadiens pourront également accéder à une nouvelle prestation de congé de maladie qui paiera jusqu'à 1000 $ sur deux semaines aux personnes incapables de travailler parce qu'elles ont contracté la COVID-19 ou sont forcées de s'auto-isoler à cause du virus.

Ottawa s'attend à ce que 4,4 millions de Canadiens demandent un congé de maladie.

Le NPD avait fait de la création d'une indemnité de congé de maladie pour les travailleurs une condition pour qu'il soutienne les efforts des libéraux pour accélérer l'adoption de son plan de relance au Parlement la semaine dernière.

Le plan comprend les deux nouveaux programmes de prestation et un troisième programme qui remplace la Prestation canadienne d'intervention d'urgence (PCU) de 500 $ par semaine, le principal programme de soutien pour les personnes incapables de travailler en raison de la COVID-19.

Les Canadiens peuvent commencer à présenter une demande pour la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), qui paiera également 500 $ par semaine pendant un maximum de 26 semaines, à compter du 12 octobre.

Dimanche, le président du Congrès du travail du Canada, Hassan Yussuff, a accueilli favorablement les nouvelles prestations pour soignants et les congés de maladie, notamment en raison du nombre croissant de cas dans différentes régions du pays.

Plus de 1600 nouveaux cas de COVID-19 ont été signalés dimanche, même si certaines provinces n'avaient pas fourni de chiffres ce week-end.

Les chiffres font craindre de nouvelles restrictions imminentes dans certaines régions.

«C'est vraiment une bénédiction pour beaucoup de gens qui en auront besoin», a déclaré Hassan Yussuff à propos des nouvelles prestations.

«Les gens auront la sécurité d'avoir un revenu s'ils doivent prendre un congé, et n'auront pas à s'inquiéter de ne pas pouvoir payer leur loyer ou acheter des produits d'épicerie ou d'autres besoins.»

Pourtant, même s'il se félicitait des nouvelles prestations, Hassan Yussuff a noté qu'elles ne sont que temporaires et que la COVID-19 a souligné la nécessité d'une aide permanente pour les soignants et pour les congés de maladie, même après la pandémie.

«Bien que ces prestations soient de nature temporaire, elles témoignent également du fait que des millions de personnes vont travailler chaque jour sans congé de maladie», a-t-il déclaré.

Le président de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Dan Kelly, a qualifié les nouvelles prestations de «tout à fait raisonnables» étant donné la nature sans précédent de la pandémie.

Toutefois, il s'est dit préoccupé par toute mesure rendant les mesures permanentes, suggérant que les entreprises seront obligées d'assumer une grande partie du fardeau financier sous la forme d'une augmentation des cotisations à l'assurance-emploi ou sous forme de taxes.

«N'importe lequel de ces changements devra venir des poches des employeurs qui sont déjà vides», a déclaré Dan Kelly, ajoutant que la grande majorité des petites entreprises n'ont pas encore retrouvé leur niveau d'avant la pandémie.