Une importante éclosion a infecté jusqu'ici tout près de 100 personnes à l’Hôtel-Dieu de Lévis.
Une importante éclosion a infecté jusqu'ici tout près de 100 personnes à l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Une centaine d'employés de l’Hôtel-Dieu de Lévis en isolement; encore un lourd bilan en Chaudière-Appalaches 

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Depuis son entrée en zone rouge, Chaudière-Appalaches fracasse des records. Alors que l’éclosion majeure à l’Hôtel-Dieu de Lévis continue de progresser, la région dresse pour une deuxième journée consécutive un de ses plus lourds bilans, avec 88 nouveaux cas.

Il y a quelques semaines déjà, Chaudière-Appalaches a basculé au niveau d’alerte maximale et depuis, elle enregistre un nombre de contaminations parmi les plus élevés pour la région.

Mercredi, elle a d’ailleurs connu son pire bilan depuis le début de la pandémie, avec 98 nouveaux cas confirmés.

Éclosion majeure à l’Hôtel-Dieu de Lévis

Il faut dire qu’une importante éclosion a infecté jusqu’ici tout près de 100 personnes à l’Hôtel-Dieu de Lévis. Celle-ci s’est répandue dans quatre unités de l’hôpital, mais trois sont toujours considérées comme des foyers actifs de contagion.

«Nous avons des cas d’employés positifs à la COVID chaque jour que nous devons retirer, de tout titre d’emploi», a écrit jeudi la direction de l’Hôtel-Dieu au Soleil.

Dans l’une des unités touchées qui n’a pas été identifiée, six usagers et 12 employés supplémentaires ont été contaminés seulement cette semaine.

En date de jeudi, la Direction régionale de santé publique rapporte 52 cas actifs chez les patients et 47 cas actifs chez les travailleurs. Depuis le début octobre, cette éclosion a également semé la mort de cinq personnes, une de plus que la veille.


« Nous avons des cas d’employés positifs à la COVID chaque jour que nous devons retirer, de tout titre d’emploi »
La direction de l'Hôtel-Dieu de Lévis

Au total, l’Hôtel-Dieu de Lévis parle d’une centaine d’employés retirés du travail temporairement en raison d’un résultat positif ou encore de manière préventive.

«Tout est mis en œuvre pour résoudre la situation le plus rapidement possible, [avec le] renforcement des mesures de prévention des infections, l’isolement de la clientèle en chambre privée [et] le support des équipes de santé publique», ajoute-t-on. Des rendez-vous et des chirurgies sont toujours reportés.

Deux autres hôpitaux de Chaudière-Appalaches, soit l’Hôpital de Saint-Georges et l’Hôpital de Thetford Mines, en Beauce, sont aussi considérées comme étant en éclosion selon le CISSSS de Chaudière-Appalaches. Dans la seconde, les services d'obstétrique sont même fermés temporairement les fins de semaine (du vendredi 16h au lundi 8h), à compter de ce vendredi 23 octobre. Cette annonce survient en raison d'un «manque de personnel», forçant à transférer les accouchements à l'Hôpital de Saint-Georges, à l'exception des cas d'urgence. 

80 éclosions en cours

Au total, 80 éclosions étaient actives sur le territoire jeudi, la moitié affectant des milieux de travail.

Le secteur le plus touché demeure de loin Lévis, suivi par les Appalaches, la Beauce et Lotbinière.

En Chaudière-Appalaches, le secteur le plus touché demeure de loin Lévis.

D’ailleurs, des éclosions dans des milieux d’hébergement pour aînés de ces secteurs sont bien présentes.

Selon son dernier bilan, le CISSS comptait deux nouvelles éclosions au CHSLD Richard-Busque de Saint-Georges et à la résidence privée Logis d’Or à Saint-Éphrem, en Beauce. Elles dénombrent chacune deux cas actifs chez les résidents.

Un cas de plus s’ajoute aussi à une éclosion recensée mercredi à la résidence Luca de Beauceville, où 12 résidents et moins de cinq travailleurs sont atteints. 

Ascension vers le rouge

Toutes ces données montrent que la réalité a changé en Chaudière-Appalaches. Avec 603 cas actifs de la maladie, on peut dire que la deuxième vague de COVID-19 affecte beaucoup plus la région que la première vague. Il ne faut pourtant pas remonter bien loin pour constater que la région avait été relativement épargnée au printemps, voire jusqu’à cet été.

Plusieurs bilans du mois d’août ne comptabilisaient aucun nouveau cas en l’espace de 24 heures, la dernière fois étant le 24 août, selon les données disponibles sur le site web du CISSS de Chaudière-Appalaches.

Jusqu’au début septembre, le nombre de cas enregistré chaque jour était inférieur à 10. Puis, vers la mi-septembre, il a commencé à augmenter pour atteindre le seuil psychologique de 50 nouvelles infections en une journée, le 21 septembre.

Depuis le début octobre, les données des infections quotidiennes ne sont que rarement redescendues sous cette barre de 50. Au début de cette semaine toutefois, où un plateau semblait être en train de s’installer, avec 48 et 47 cas lundi et mardi. 

Jeudi, 55 personnes étaient hospitalisées, dont 10 aux soins intensifs. Un total de 2870 personnes ont été touchées par le virus en Chaudière-Appalaches et 49 en sont décédées depuis le mois de mars.