Sylvie Fontaine et son frère ont entonné quelques chansons pour souligner le 59e anniversaire de Louise, une résidente du CHSLD Villa-Bonheur.
Sylvie Fontaine et son frère ont entonné quelques chansons pour souligner le 59e anniversaire de Louise, une résidente du CHSLD Villa-Bonheur.

Un peu de chaleur à Villa-Bonheur [VIDÉO]

On dit que la musique est le remède à bien des maux. C’est aussi un moyen de communication sans pareil que Micheline Fortier a utilisé pour enlacer de douces mélodies sa soeur Louise, atteinte d’un cancer en phase terminale, confinée au CHSLD Villa-Bonheur de Granby. Une façon de lui envoyer une dose d’amour et un peu de chaleur en soulignant son 59e anniversaire.

Avant le début de la crise sanitaire qui paralyse le Québec, pas une journée ne s’écoulait sans que Micheline Fortier rende visite à Louise. Alors que se dessine le dernier printemps de sa soeur handicapée, loin des siens, Micheline a décidé de lui offrir un ultime petit plaisir en chanson.

«On est chanceux que Louise soit encore de ce monde aujourd’hui, pour sa fête. Mais, avec la COVID, je ne peux plus aller la voir. Ça me déchire le coeur, a-t-elle confié, des trémolos dans la voix. J’aimerais tellement pouvoir serrer ma soeur dans mes bras et profiter des quelques moments qu’il nous reste ensemble. Elle adore chanter. C’est un rayon de soleil. Je me devais de lui rendre, à ma façon, un peu de ce bonheur qu’elle sème autour d’elle.»

Micheline a donc orchestré, avec son conjoint, une petite prestation musicale à l’entrée du CHSLD, mercredi. Sylvie Fontaine, accompagnée de son frère, a alors entonné un «Bonne fête» bien senti. Louise a également pu se laisser bercer au gré de sa chanson favorite, Un jour à la fois, et quelques «demandes spéciales».

«J’espère pouvoir la voir en personne avant qu’elle nous quitte. Cette chanson, en plus de la faire sourire, décrit tellement ce qu’elle vit au quotidien. Ça peut paraître banal comme cadeau, mais pour moi, ça a une grande signification», a dit l’initiatrice de l’événement.

Et malgré le froid et les mesures de distanciation sociale, la magie a opéré. En cette période où le coronavirus s’enracine dans plusieurs centres d’hébergement, Micheline a voulu lancer un message d’espoir.

«C’est terrible ce qui se passe dans plusieurs CHSLD de Montréal et dans les environs. Mon but ultime, c’est de souligner qu’il y a aussi de belles choses qui se passent ailleurs. Villa-Bonheur est un bon exemple. Et ce n’est pas parce qu’on est en confinement que l’on doit arrêter de penser à nos proches, qu’ils soient à la maison ou dans un centre d’hébergement. On doit leur envoyer un peu d’amour.»