«Le salon ne sera pas juste ici à Québec, il sera partout au Québec», a expliqué mardi Richard Grondin, président de FullJobs.ca.
«Le salon ne sera pas juste ici à Québec, il sera partout au Québec», a expliqué mardi Richard Grondin, président de FullJobs.ca.

Un nouveau salon de l’emploi à l’ère de la COVID

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Travailleurs et entrepreneurs auront rendez-vous au Centre des congrès de Québec qui accueillera, les 16 et 17 mars 2021, le premier Salon emplois et entrepreneuriat. L’évènement, qui regroupera 346 exposants, pourra également être suivi sur le Web.

«Le salon ne sera pas juste ici à Québec, il sera partout au Québec», explique Richard Grondin, président de FullJobs.ca, «En plus d’être physiquement au Centre des congrès, le salon sera aussi disponible en version virtuelle sur cellulaire, tablette et ordinateur ainsi qu’en direct sur Facebook et YouTube. Les gens de partout au Québec pourront donc voir et participer au salon. Ils pourront aussi consulter le profil des entreprises, les emplois offerts et réseauter avec les exposants.

«Toutes les conférences et les animations seront en direct via le site fulljobs.ca (section salon virtuel). En collaboration avec imediaweb.ca, il sera même possible de visionner les conférences et activités manquées plus tard si nécessaire. Je veux que les gens aient accès au salon, peu importe où la météo et peu importe où ils se trouvent au Québec.»

Questionné sur le nombre de personnes qui seraient au Centre des Congrès en même temps, un nombre qui dépassera de beaucoup le chiffre de 250 fixé par la Santé publique, M. Grondin a expliqué qu’il fallait être capable de relativiser l’endroit. 

«Quand on va chez Costco, combien y a-t-il de personnes en même temps? Et c’est plus petit que le Centre des congrès. Et contrairement au Salon de l’auto où beaucoup de monde circule à peu près n’importe comment, nous sommes enclavés. Et on peut mettre notre plan directionnel.


« Quand on va chez Costco, combien y a-t-il de personnes en même temps? Et c’est plus petit que le Centre des congrès. Et contrairement au Salon de l’auto où beaucoup de monde circule à peu près n’importe comment, nous sommes enclavés. »
Richard Grondin, président de FullJobs.ca

«On pense pouvoir accueillir un peu plus de 800 personnes en même temps [346 personnes en arrière des kiosques, 346 visiteurs, soit un par kiosque, une centaine de personnes assises distancées dans la zone-conférence, et le personnel du salon]. Et si c’était le cas, on serait encore dans les règles. Il fait juste capable de dire «oui il y a des règles», mais il faut être capable d’avoir le bon sens de la règle.»

M. Grondin n’a pas caché qu’une très grande affluence au salon pourrait obliger les gens à attendre à l’extérieur du Centre des congrès avant d’accéder à l’évènement. Il a ajouté que le fait de scanner les participants, les exposants et même le personnel du Centre des congrès à chaque fois qu’ils entreront et sortiront du salon permettrait de savoir combien il y aurait de personnes dans la salle d’exposition en même temps.

«Rendu là si les règles changent, on va être capable de le gérer à l’entrée. Et si jamais les gens de la Santé publique nous disaient qu’une personne infectée à la COVID a été présente au salon, nous allons être en mesure de savoir la période pendant laquelle elle là aura été au salon et avec qui elle aura potentiellement pu être en contact.»

M. Grondin a ajouté que le masque sera obligatoire pour tout le monde au salon, même pour les exposants alors qu’ils seront à l’extérieur de leur kiosque qui sera équipé d’un écran protecteur.

Trois sections

Le salon, présenté sous la présidence d’honneur d’Amel Bouazza, une entrepreneure qui a obtenu en 2018 le Prix de la performance Québec décerné par le gouvernement du Québec, sera composé de trois sections, soit la section emploi, la section entrepreneuriat — qui comprend la section conférence —, et la section carrière et profession. Il sera présenté en direct pendant deux jours et disponible sur une le réseau fulljobs.ca «Les exposants pourront mettre leurs dossiers à jour, que ça soit des emplois, ajoutés ou modifiés, des produits, des services et même des formations. Et tout sera gratuit pendant six mois après la tenue du salon.

«Les entreprises qui ont des emplois à offrir pourront les annoncer sur le réseau dès le moment de leur inscription. Et ils pourront les modifier et en rajouter jusqu’au début du salon. Ils pourront aussi mettre des photos et des vidéos pour chaque poste de travail. Ils pourront donc présenter un emploi, mais aussi un environnement de travail. Ce sera donc une très grande visibilité pour les entreprises, les partenaires et les commanditaires.»