La vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault insiste sur l’importance de respecter les consignes d’isolement dictées par le gouvernement du Québec. Elle lance un message particulier aux personnes de 70 ans et plus de rester à leur domicile.
La vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault insiste sur l’importance de respecter les consignes d’isolement dictées par le gouvernement du Québec. Elle lance un message particulier aux personnes de 70 ans et plus de rester à leur domicile.

Un «effort de guerre», dit Guilbault

« La guerre que l’on mène contre le coronavirus repose sur un effort de guerre qui doit être fait par tout le monde. La meilleure façon de protéger les autres c’est de se protéger soi-même. »

La vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault insiste sur l’importance de respecter les consignes d’isolement dictées par le gouvernement du Québec. Elle lance un message particulier aux personnes de 70 ans et plus de rester à leur domicile.

À LIRE AUSSI: COVID-19: «Allô Papi, comment tu vas?»

COVID-19: un chirurgien dénonce le «nombrilisme de baby-boomers»

Convaincre les récalcitrants

« Le message de prévention général est bien reçu. Nous avons cependant un souci particulier pour les personnes âgées qui sont plus vulnérables. C’est dans cette strate de la population que les risques sont plus grands. Cette mesure de demander aux personnes âgées de rester à la maison et d’interdire les visites dans les CHSLD n’a pas été prise de gaité de cœur. Cependant, nous prenons ces mesures costaudes pour sortir gagnant », signale la vice-première ministre du Québec qui est aussi ministre de la Sécurité publique du Québec.

Elle rappelle que la COVID-19 n’a pas de frontière et touche autant les grands centres que les régions.

« Nous avons reçu des témoignages que dans les villes plus éloignées ou que les régions se sentaient moins concernés. Les gens de 70 ans et plus et l’ensemble de la population doivent éviter de se regrouper dans les cafés, les restaurants ou les centres commerciaux. Il faut rester à la maison », indique Geneviève Guilbault en entrevue à La Tribune.

Règles de base

Elle rappelle les règles de prévention de base de se laver les mains, de ne pas hésiter à aller se faire tester si l’on présente les symptômes reliés à la COVID-19 et à s’isoler 14 jours si l’on est de retour de voyage.

« C’est à travers des témoignages, des courriels ou des images qui circulent de gens dans les commerces que nous avons décidé de faire une sortie publique pour inviter les gens à s’isoler. Ce n’est pas scientifique ou chiffré, mais le seul fait de penser que des gens seraient moins conscientisés nous incite à faire des rappels », signale Geneviève Guilbault.


« La population semble satisfaite de la diffusion du message et des communications. »
Geneviève Guilbault

La vice-première ministre du Québec souligne que la mobilisation générale de la population est cependant bonne.

« Nous sommes conscients que ce sont des exigences hors du commun de demander de s’isoler et de ne pas aller voir les personnes âgées. La population semble satisfaite de la diffusion du message et des communications que nous effectuons sur l’état de la situation », indique Geneviève Guilbault.

La ministre de la Sécurité publique du Québec signale que, pour le moment, il n’est pas question de contraindre les gens à rester à la maison comme c’est le cas dans certains pays.

« Les policiers disposent de certains pouvoirs en ce sens, mais nous ne sommes pas rendus là. Nous n’en ressentons pas le besoin. Nous évaluons au jour le jour le nombre de tests et de diagnostics. Chaque jour, la mobilisation est revue. Pour le moment, elle est suffisante. Nous faisons appel à la responsabilité de chacun », indique Geneviève Guilbault.

Elle rappelle que des mesures de précaution sont prises pour protéger les membres des différents corps policiers, les pompiers ainsi que tous les agents relevant du MSP au Québec.

« Nous accordons des permissions aux détenus pour motif médical à ceux qui purgent des peines discontinues et qui en font la démonstration. Des mesures d’isolement sont aussi prises dans les centres de détention », indique la ministre de la Sécurité publique du Québec.