Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Sœurs Augustines font renaître leur mouvement de solidarité, mis sur pied l’an dernier.
Les Sœurs Augustines font renaître leur mouvement de solidarité, mis sur pied l’an dernier.

Un deuxième mouvement de solidarité mené par les Sœurs Augustines [VIDÉO]

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Elles ne pensaient pas être de retour au même endroit, un an plus tard. La pandémie a cependant continué de prendre du terrain. Les Sœurs Augustines souhaitent donc faire renaître leur mouvement de solidarité, mis sur pied l’an dernier.

En 2020, les Sœurs Augustines avaient marché pendant 20 jours consécutifs, une heure par jour, pour amasser des fonds servant à offrir des séjours de répit solidaires aux personnes affectées par la fatigue et le stress de la maladie.

Les Soeurs étaient avec nous dans la cour du Monastère en 2020, cette fois, elles ont regardé l'annonce de leur balcon pour éviter tout risque de propagation du virus.

Cette année, les Sœurs passent le flambeau à la population, c’est à son tour de marcher. Le mouvement de compassion est une fois de plus dédié à tout le personnel le soignant, en plus des enseignants. Eux aussi ont fait preuve d’une adaptation exemplaire depuis plusieurs mois, souligne Sœur Lise, supérieure générale des Augustines du Québec.

«On ne pensait pas qu'il y aurait tout le succès obtenu l'année passée. On a vu que la population a été touchée par ce mouvement-là. Ça nous tient à coeur. On a passé notre vie au service des malades. D'autres prennent la relève et continue à les servir. Ils sont maintenant nos bras et notre coeur auprès de ces personnes-là», ajoute Soeur Lise.

Elle a ensuite transmis le témoin symbolique à Nathalie Roy, directrice générale de la Fiducie du patrimoine culturel des Augustines. Elle entreprend la suite de la course. 

Alors que les sœurs avaient marché pendant 20 jours consécutifs l’an dernier pour amasser des fonds servant à offrir des séjours de répit solidaires aux personnes affectées par la fatigue et le stress, cette année, c’est au tour de la population à prendre part au Mouvement, le 5 juin prochain, pour soutenir ces travailleurs au front.

Pour cette deuxième édition, le mouvement se tiendra sous forme de Relais solidaire. L’an dernier, on voulait encourager les anges gardiens qui tiennent le système de santé à bout de bras. Cette fois, l’équipe veut les reconnaître.

«On veut leur témoigner notre reconnaissance. Les gens du milieu de la santé, le milieu communautaire et les enseignants, qui se sont adaptés toute l’année avec beaucoup de résilience», exprime Nathalie Roy.

Le défi s’adresse à toute la population du Québec, il suffit de parcourir une distance de 20 km, seul ou en équipe, à la marche ou à la course. Afin d’amasser des dons. Le Monastère des Augustines offrira ensuite des séjours de répit solidaires à tarifs préférentiels à ceux et celles qui en ont réellement besoin et qui, pour certains, sont à risque d’épuisement professionnel. Pour le personnel soignant et tous les enseignants. 

La population est invitée à s’inscrire au Mouvement de compassion ou à faire un don. La date limite des inscriptions est le 1er juin. 

L'an dernier, les Soeurs avait amassé un montant de 140 000 $. Les sommes ont permis d'accueillir les proches aidants des personnes malades, une cause que les Sœurs défendent avec cœur, notamment.

LIRE AUSSI : Les Sœurs Augustines terminent leur défi: plus de 135 000 $ amassés [2020]

Pour la deuxième année, l'objectif est fixé à 160 000 $. 

Le maire de Québec, l'ami des Augustines, était présent mardi pour l'annonce de l'événement, comme il l'était l'an dernier à pareille date. 

«Ce que fait l'hôtel ici c'est primordial, de recevoir les proches aidants, avoir un peu de réconfort, être capable de s'apaiser dans ce lieu-là, être réconforté. Ça rend le malheur pas plus acceptable, mais moins compliqué. Je veux inviter la population a contribuer à ce mouvement de compassion», indique Régis Labeaume.

Le maire Labeaume est devenu le «président de coeur du mouvement», selon les Augustines.

Le maire Régis Labeaume et Soeur Lise
Nathalie Roy et Soeur Lise, les Soeurs Augustines passent le flambeau.