Il s’agit de la deuxième résidence pour aînés du Bas-Saint-Laurent à être touchée par une infection au coronavirus.
Il s’agit de la deuxième résidence pour aînés du Bas-Saint-Laurent à être touchée par une infection au coronavirus.

Un cas de COVID-19 dans une deuxième résidence pour aînés du Bas-Saint-Laurent

Une personne âgée de la Résidence Marie-Ann de Saint-Cyprien, près de Rivière-du-Loup, a été déclarée positive à la COVID-19. L’homme présentait des symptômes. Il s’agit de la deuxième résidence pour aînés du Bas-Saint-Laurent à être touchée par une infection au coronavirus.

Cette résidence privée accueille seulement neuf bénéficiaires. «Dès qu’on a eu le signalement du résident positif, on a mis en place notre comité d’intervention; la santé publique, la prévention et le contrôle des infections et nos équipes de soutien aux résidences se sont mobilisées, explique la conseillère aux relations avec les médias du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud. On a fait le dépistage préventif des résidents, des contacts confirmés dans la communauté, des employés de la résidence et de certains de nos employés de soutien à domicile qui s’étaient rendus à la résidence les jours avant le résultat positif.» Environ les trois quarts des résultats de la vingtaine de tests de dépistage réalisés se sont avérés négatifs. Le bilan complet sera disponible dans quelques jours. 

Vigie rehaussée

«[…] Quand on a un résultat positif dans une résidence, on ne prend aucune chance parce que ce sont des usagers qui peuvent avoir une vulnérabilité sur le plan de leur santé, précise la porte-parole du CISSS. Alors, on a voulu être proactifs. C’est pour ça qu’on a dépisté tous les usagers. Pour le moment, tout est sous contrôle.»

Mme Doucet-Michaud indique également que tout ce qui devait être fait l’a été. «Il reste juste à avoir les résultats du dépistage et d’assurer le suivi de la situation, explique-t-elle. Il y a aussi une vigie qui est rehaussée pour l’évolution des symptômes auprès des résidents qui pourraient commencer à avoir des symptômes de la COVID dans les prochains jours. On va demeurer en étroite collaboration avec la propriétaire de la ressource pour s’assurer que tout est fait selon les règles de l’art et qu’on circonscrit au maximum une potentielle transmission de la COVID.» Pour des raisons de confidentialité, il a été impossible de savoir si la personne infectée était hospitalisée.