L’immunologiste Anthony Fauci et le président américain Donald Trump
L’immunologiste Anthony Fauci et le président américain Donald Trump

Trump alimente, puis minimise, les tensions avec le Dr Fauci

WASHINGTON — Le président américain Donald a assuré lundi qu’il avait de «très bonnes relations» avec l’immunologiste Anthony Fauci, après avoir tenté de discréditer ce dernier, très respecté aux États-Unis.

«J’ai une très bonne relation avec le Dr Fauci», a déclaré M. Trump lors d’un échange avec les journalistes à la Maison-Blanche.

«Je trouve que c’est quelqu’un de très bien [...], je l’aime bien personnellement», a-t-il ajouté, tout en précisant qu’il n’était «pas toujours d’accord avec lui».

Depuis plusieurs jours, Donald Trump multiplie les critiques contre ce chercheur de renom, plus haut expert en maladies infectieuses du gouvernement, qui souligne inlassablement que les États-Unis sont dans une position peu enviable dans la lutte face à la pandémie.

«C’est un homme bien, mais il a fait beaucoup d’erreurs», a lancé jeudi le locataire de la Maison-Blanche qui, à quatre mois de l’élection présidentielle, minimise systématiquement la spectaculaire hausse du nombre de cas de COVID-19 à travers les États-Unis.

Au cours de la fin de semaine, un responsable de la Maison-Blanche a alimenté ces attaques.

Sous couvert d’anonymat, il a fait part au Washington Post des «inquiétudes» de l’exécutif sur «le nombre de fois où le Dr Fauci a eu tort». Ce même responsable a fourni au quotidien une liste de déclarations du scientifique qu’il jugeait erronées.

Dans ce contexte, le président apprécie-t-il toujours les conseils de M. Fauci?

«Certainement», a répondu lundi Kayleigh McEnany, sa porte-parole, soucieuse, semble-t-il d’apaiser les tensions.

«Le Dr Fauci est l’une des nombreuses personnes au sein du groupe de travail [sur le coronavirus] qui donne des conseils», a-t-elle ajouté.

Face à la flambée de nouveaux cas dans le Sud et dans l’Ouest, le célèbre immunologiste sonne l’alarme, dénonçant des déconfinements trop hâtifs et l’insouciance des Américains.

«En tant que pays, quand nous nous comparons à d’autres pays, je ne crois pas qu’on puisse dire que nous nous en sortions bien. Ce n’est tout simplement pas le cas», a-t-il averti.

Près de 60 000 nouveaux cas aux États-Unis en 24 heures 

Les États-Unis ont enregistré 59 222 nouvelles infections au coronavirus au cours des dernières 24 heures, selon le comptage lundi à 20h30 (heure avancée de l’Est) de l’Université Johns Hopkins.

Le nombre total de cas recensés dans le pays depuis le début de la pandémie dépasse désormais 3,36 millions, d’après l’université basée à Baltimore, dont les bilans font référence.

La COVID-19 a par ailleurs fait aux États-Unis 411 nouvelles victimes en 24 heures, portant le bilan total à 135 582 décès.

La première puissance mondiale connaît depuis quelques semaines une flambée des infections dans le sud et l’ouest du pays, de loin le plus touché au monde en valeur absolue.

Une tendance qui a poussé certains États à faire marche arrière sur l’ouverture de leurs commerces et services.

Le gouverneur de Californie a ainsi ordonné lundi un retour à certaines restrictions, dont la fermeture des salles de restaurant, bars, coiffeurs et lieux de culte.

«Ce virus ne va pas s’en aller de sitôt», a lancé le gouverneur Gavin Newsom. «J’espère que nous en avons tous conscience, même ceux qui pouvaient imaginer qu’il allait disparaître avec la chaleur.»