Martin-Charles St-Pierre et France Leclerc, directeurs généraux associés de l’entreprise Ménagez-vous.
Martin-Charles St-Pierre et France Leclerc, directeurs généraux associés de l’entreprise Ménagez-vous.

Suspension des services d’entretien ménager : un lien social qui disparaît

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
Shawinigan — Tout près de 4000 clients de Trois-Rivières et de Shawinigan doivent maintenant se passer des précieux services d’entretien ménager dispensés par Ménagez-vous et la Coopérative de solidarité d’aide à domicile de l’Énergie. Une autre répercussion de cette damnée COVID-19 qui risque d’isoler encore davantage les personnes vulnérables, craint le directeur général associé de cette entreprise d’économie sociale, Martin-Charles St-Pierre.

Les quelque 180 employés touchés par cette décision ont été avisés dimanche. L’entreprise a ainsi réagi à une directive du ministère de la Santé et des Services sociaux samedi, qui exigeait la suspension de tous les services jugés non essentiels.

La direction commençait à sentir le vent la semaine dernière, lorsque certaines résidences pour personnes âgées ont avisé Ménagez-vous de ne plus se présenter dans leur établissement, par précaution. En fait, l’étau des mesures de distanciation sociale se resserre de jour en jour.

«La demande était prévisible», convient M. St-Pierre. «Par contre, nous avions un souci pour la population plus isolée, pour qui la seule visite était celle de nos préposés.»

«Il y a un danger de rupture du lien social», ajoute le directeur. «Les gens ont généralement un réseau familial, des amis avec qui ils peuvent quand même communiquer, même s’ils doivent rester à la maison. Mais souvent, les personnes âgées n’ont pas de réseau, ou très peu. Les préposés d’aide à domicile sont souvent les seules personnes qui vont chez elles et même, qui peuvent nous ramener de l’information sur leur état de santé.»

Avant le fameux vendredi 13 mars, Ménagez-vous avait pris des mesures pour réduire les risques de contamination.

«Nous avions mis en quarantaine trois préposés qui avaient voyagé», explique le responsable. «Nous avions aussi donné des mesures de sécurité et d’hygiène pour le travail à domicile, les mêmes directives qui venaient du ministère de la Santé. C’était autant pour protéger notre équipe de travail que la population.»

Au début de la crise, les services se sont poursuivis parce que le gouvernement du Québec les considérait essentiels. Mais les services d’entretien ménager et les travaux lourds sont maintenant suspendus, ce qui signifie que 80 % des actions de Ménagez-vous sont mises de côté en raison de ces circonstances exceptionnelles.

Les services d’assistance personnelle, les courses, les préparations de repas et dans certains cas particuliers, la lessive seront maintenus dans les domiciles, les centres d’hébergement de soins de longue durée, les ressources intermédiaires et les résidences pour personnes âgées.

Il reste une équipe d’une douzaine de personnes pour les soins particuliers, qui desservent environ 300 personnes à la demande du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

«Je ne critique pas la décision», assure M. St-Pierre. «J’aurais aimé être plus préparé pour mieux prévenir l’équipe de travail, car ce n’est pas tout le monde qui possède un coussin monétaire. En même temps, c’est une règle qui touche tout le monde au Québec.»

Difficile d’anticiper les conséquences financières de cette décision à long terme. Mais déjà, M. St-Pierre planche sur la reprise du service.

«Cette semaine, on gère la fin des emplois», explique-t-il. «Nous avisons aussi la clientèle de ce qui se passe, nous la sécurisons. Mais on se met déjà en mode relance, dans un mois ou deux...»