Certains cégépiens se sont retrouvés avec des cours à distance suivi, dix minutes plus tard, d’un cours en classe. Impossible pour bon nombre d’entre eux de faire le déplacement en si peu de temps, ils devront aller étudier dans les locaux prévus à cet effet.
Certains cégépiens se sont retrouvés avec des cours à distance suivi, dix minutes plus tard, d’un cours en classe. Impossible pour bon nombre d’entre eux de faire le déplacement en si peu de temps, ils devront aller étudier dans les locaux prévus à cet effet.

Suivre ses cours à distance... à l'école

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
Comme une lointaine annexe à la bibliothèque, ces espaces sont une petite zone, au cégep, où les étudiants peuvent suivre calmement… leurs cours à distance. Les «locaux de transition», bien que surprenants, visent à répondre aux étudiants vivant des conflits d’horaire entre les cours en classe et à distance.

Si la composition des horaires pose toujours de nombreux défis, la formule hybride a causé certains problèmes dans l’horaire de bon nombre d’étudiants. Certains cégépiens se sont retrouvés avec des cours à distance suivi, dix minutes plus tard, d’un cours en classe. Impossible pour bon nombre d’entre eux de faire le déplacement en si peu de temps, ils devront aller étudier dans les locaux prévus à cet effet.

Selon les cégeps rencontrés par Le Soleil, bien qu’étonnants, ces nouveaux locaux ne brisent pas le concept initial des cours en ligne. «On estime qu’entre 1000 et 1500 étudiants seront présents au Cégep de Sainte-Foy chaque jour, sur tout le campus. On est, malgré tout, assez loin des 6000 étudiants habituels», affirme Sophie-Emmanuelle Genest, directrice des études au Cégep de Sainte-Foy.

Bien que Mme Genest ne soit pas en mesure de fournir le nombre exact d’étudiants touchés par ces conflits d’horaire, elle affirme que les programmes techniques sont généralement plus exposés à ce type de situation. «Si je prends l’exemple de radio-oncologie, c’est un programme qui est composé de beaucoup de cours en laboratoire, donc en classe. Or, ces étudiants suivent aussi leur formation générale composée, elle, de plusieurs cours à distance», illustre-t-elle.

Le plus grand enjeu, dans la composition des horaires, est donc le mélange entre les cohortes. «Il faut tenir compte que les étudiants d’un même programme n’ont pas tous les mêmes cours ni le même cheminement. […] Certains ont des sessions allégées, certains doivent reprendre des cours, certains ont des cheminements atypiques, certains ne font pas les mêmes choix de cours. […] la marge de manœuvre est quand même limitée considérant que les cours se donnent du lundi au vendredi entre 8h et 18h», rappelle Josyka Lévesque, conseillère en communication pour le Cégep Limoilou.

En ce qui a trait aux conflits d’horaire, les étudiants du Cégep de Sainte-Foy pourraient ne pas avoir à se déplacer systématiquement au cégep pour suivre leur cours en ligne. «Ce n’est pas parce que c’est écrit à distance que les cours seront nécessairement synchrones [à suivre à une heure fixe], souligne Mme Genest. Plusieurs de nos professeurs font des cours asynchrones ou un mélange des deux.»

Une solution pour le mieux

Le Cégep de Sainte-Foy a envisagé d’autres options avant d’opter pour les locaux de transitions, explique Mme Genest. Parmi celles-ci, l’instauration d’une plage de trente ou soixante minutes entre les cours afin de permettre aux étudiants de se diriger vers le campus a été évaluée. «On y a pensé, mais nous n’arrivions pas en termes de temps. On bloquait trop de plages horaires», explique-t-elle.

Envisagées par plusieurs cégeps un peu partout au Québec, les locaux de transition semblent donc être la meilleure solution actuelle. «La Direction des études a travaillé à offrir des alternatives aux étudiants, soit des salles d’études pour leur permettre de vivre avec cette réalité de cours […] Les étudiants qui n’ont pas de portable pourront même en emprunter pour suivre leur cours à distance au Cégep», précise d’ailleurs Mme Lévesque.

Selon Mme Genest, les étudiants insatisfaits de leur horaire peuvent le modifier jusqu’au 4 septembre inclusivement. «Si de la place est disponible dans d’autres groupes, ils pourront tout à fait modifier leur horaire», assure-t-elle.

Au Cégep Limoilou, la date limite pour la modification des horaires est fixée au 6 septembre.